Dre Mélissa Généreux

Un cours public sur le cannabis à Sherbrooke

Mercredi avait lieu le premier cours de deux séances sur le cannabis, qui lançait d’ailleurs la programmation de l’Université populaire de Sherbrooke (UPOPS). Professeure, médecin et directrice de la Santé publique en Estrie, Dre Mélissa Généreux a transmis plusieurs informations quant à la substance et ses effets sur la santé; une centaine de personnes sont venues l’écouter au café de quartier Baobab, qui affichait complet après les premières minutes de la séance d’une heure et demie.

Ce sont des jeunes comme des moins jeunes gens qui sont venus apprendre sur l’aspect scientifique du cannabis. Le public varié et réceptif a pu échanger plusieurs questions avec Dre Généreux, en plus de faire valoir ses inquiétudes.

« On m’avait demandé quels sujets pouvaient être abordés, et j’ai tout de suite pensé au cannabis, dans le contexte de la légalisation. Donner l’état de la science derrière le cannabis, faire l’état de situation par rapport aux données probantes, ce qu’on sait vraiment et ce qu’on ne sait pas, pour essayer de comprendre les dessous de la légalisation. Je ne suis pas la pour vendre la position de la santé publique, mais vendre la science, qu’est-ce que la science dit », explique la professeure à l’Université de Sherbrooke.

Les manières de consommer le cannabis, ses composantes, les différents usages ainsi que les risques et bénéfices sur la santé étaient parmi les sujets abordés.

« Comment ça fonctionne, c’est quoi les différentes formes de cannabis, comment ça se consomme? Juste ça, il y a un certain fouillis, je sens que les gens sont tout mélangés. On parle aussi du cannabis à des fins médicales ».

Une centaine de personnes se sont rassemblées au café Baobab pour le cours de l'UPOPS sur la science du cannabis.

La deuxième séance sur le même sujet se tiendra le 23 octobre prochain à 18 h, toujours au café Baobab, seulement quelques jours après l’entrée en vigueur de la légalisation.

« Là on va vraiment plus plonger dans l’approche de la santé publique, en quoi on voit un intérêt dans la légalisation du cannabis, qu’est-ce que ça peut avoir comme aspect positif pour la santé de la population. On va aussi regarder les expériences tirées de l’état de Washington et du Colorado, qui ont déjà légalisé depuis quelques années. Qu’est-ce que ça a donné? C’était une catastrophe ou pas? On va regarder aussi les enjeux qui se posent », ajoute la professeure.

Étant plongée dans le sujet du cannabis depuis un bon moment, surtout depuis l’annonce de la légalisation, Dre Généreux souhaite elle aussi apprendre des citoyens. Elle se dit concernée par les principales préoccupations de la population et souhaite les connaître.

« La préoccupation numéro un que j’entends vraiment au niveau de la population estrienne, c’est l’effet de banalisation. Le fait que ça pourrait encourager les jeunes à consommer plus précocement que ce qu’ils feraient en ce moment. On va justement revenir là-dessus le 23 octobre », précise-t-elle.

La programmation complète des cours offerts par l’UPOPS est disponible son site web. Rappelons que l’Université populaire propose des cours à tous les citoyens gratuitement dans certains lieux publics de Sherbrooke.