Un convoi ferroviaire a retenu l’attention lundi soir dans le secteur Deauville quand certains ont assisté à une opération spectaculaire de meulage des rails.
Un convoi ferroviaire a retenu l’attention lundi soir dans le secteur Deauville quand certains ont assisté à une opération spectaculaire de meulage des rails.

Un convoi ferroviaire cause un émoi à Deauville

Un convoi ferroviaire peu orthodoxe a causé un certain émoi, lundi soir dans le secteur Deauville. Des gens ont craint qu’un feu de broussailles soit allumé lors de cette opération qu’on peut qualifier de spectaculaire.

Le train en question avait passé la fin de semaine au centre-ville de Magog, ce qui a dérangé le voisinage car la locomotive menait un bruit d’enfer.

À Deauville, les pompiers et les policiers sont intervenus vers 23h à la suite de l’appel d’un citoyen impressionné par les flammèches provoquées par les manœuvres de l’équipe du convoi.

« Nous avons été témoins de travaux d’entretien des rails de chemin de fer à Deauville. En entendant le bruit inhabituel d’un train qui passait, nous avons regardé par la fenêtre vers 22h50 et avons vu de grosses étincelles s’échapper au niveau des roues de celui-ci », raconte Jean-Paul Fortier à La Tribune.

« C’était un train d’une allure inhabituelle et tout illuminé, comme un train de passagers et non de marchandises. Comme nous étions inquiets et ne sachant pas ce qui se passait, car le train faisait des allers-retours en passant sur le petit pont ferroviaire, nous avons même appelé au poste de police pour rapporter ce fait. Les policiers et pompiers sont venus sur place pour vérifier la sécurité des opérations. »

M. Fortier a pris des photos qui sont pour le moins impressionnantes.

Les pompiers de Sherbrooke se sont rendus sur place pour constater que les travaux qui avaient lieu se déroulaient dans l’ordre des choses, indique-t-on du côté du service des communications de la Ville de Sherbrooke. Il s’agissait de travaux de meulage des rails, d’où l’importance des flammèches. 

Le train avait passé la fin de semaine au centre-ville de Magog, ce qui a dérangé le voisinage car la locomotive menait un bruit d’enfer.

Le travail se déroulait de façon sécuritaire et dans les normes, ont pu constater les pompiers.

« La compagnie de train devrait tout au moins informer les corps policiers de travaux faits la nuit, surtout lorsqu’il y a des apparences de flammèches importantes émises par un train en marche », fait remarquer Jean-Paul Fortier. 

« Lorsque le public ferait un appel à la police, cette dernière pourrait rassurer les appelants en leur disant que tout est correct  et que ce ne sont que des travaux d’entretien bien supervisés. »

Du côté de la Régie de police de Memphrémagog (RPM), on confirme avoir reçu une plainte lundi d’un citoyen demeurant dans le secteur de la voie ferrée où le train noir et jaune était stationné sur une voie d’évitement depuis samedi. 

« La plainte a été reçue lundi pour la locomotive très bruyante », mentionne l’agent Mickaël Laroche, porte-parole de la RPM. « Ça empêchait la personne de dormir. »

« On ne sait pas pourquoi ce train était là. Peut-être un bris à réparer. »

Les policiers de la RPM n’ont pas donné de contravention à l’entreprise, seulement un avertissement, ajoute M. Laroche, étant donné que le train allait quitter l’endroit vers 19h.