Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les élèves de l’école la Source-Vive ont « porté un toast» au travail de leurs enseignants.
Les élèves de l’école la Source-Vive ont « porté un toast» au travail de leurs enseignants.

Un comité « bienveillance » pour prendre soin des enseignants

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Dans le cadre de la Semaine des enseignantes et des enseignants, des parents d’élèves de l’école primaire la Source-Vive à Ascot Corner se sont unis pour offrir quotidiennement « des douceurs » à l’ensemble du personnel de l’établissement scolaire.

« Nous tenons à souligner vos vaillants efforts, votre adaptation, votre capacité à réinventer le monde scolaire pour faire de l’école un endroit sécurisant où les enfants continuent d’apprendre, de grandir et de socialiser », ont témoigné quelques parents, jeudi dernier, au terme de leur semaine « bienveillante ».

« Vous leur transmettez tellement plus que des savoirs académiques. Vous les aidez à s’épanouir et différentes facettes de leur personnalité se déploient grâce à vous. Vous êtes leurs modèles, souvent les nôtres aussi. On vous doit tellement de reconnaissance et de gratitude », ont-ils mentionné.

L’organisation des parents participatifs de l’école primaire la Source-Vive, qui existe depuis plusieurs années, tenait à souligner le travail des enseignants qui ont fait preuve « d’engagement et de professionnalisme » au cours des derniers mois.

Responsable de la « bienveillance », un sous-comité s’est empêché d’organiser un calendrier de « petites douceurs » pour chaque journée de la semaine. Café, chocolatines, tisanes, bombes de chocolat chaud et messages personnalisés ont été livrés au personnel de l’établissement qui s’est par ailleurs dit très touché par l’initiative.

Des aimants « Super profs de la Source-Vive », conçu spécialement par l’entreprise Les bonheurs d’Amélie, ont également été offerts aux enseignants de l’école.

« Prendre soin de ceux qui prennent soin des nôtres. C’est ce que nous voulions faire en cette période plus difficile où on prend peut-être moins le temps de reconnaître ce que font les travailleurs au front », raconte Christine Gélinas, l’une des instigatrices.

« Ils ont tellement dû faire preuve d’adaptation. C’était une petite tape dans le dos franchement bien méritée », conclut-elle.

Le comité « bienveillance » composé de six parents dont Anabel Côté, Isabô Royer, Christine Gélinas et Karine Bégin