Jimmy Duval-Caux lance une campagne pour que la limite de vitesse soit abaissée de 50 à 30 km/h dans le quartier Mi-Vallon.

Un citoyen veut réduire la vitesse dans Mi-Vallon

Un citoyen du secteur Rock Forest, Jimmy Duval-Caux, lance une campagne pour que la limite de vitesse soit abaissée de 50 à 30 km/h dans le quartier Mi-Vallon. Il a entre autres créé un groupe Facebook dans lequel il formule son intention de faire des représentations auprès des élus municipaux.

M. Duval-Caux avance qu’un comité pour la sécurité a été formé en mars à l’école de la Maisonnée. « Il y a eu une rencontre et après, on nous a dit qu’on attendait après la Ville. »

Le citoyen affirme habiter la rue Marini depuis six ans. « Ça fait cinq ans que je fais des démarches pour qu’on ajoute un dos d’âne ou des arrêts pour réduire la vitesse. La rue est construite en ligne droite et compte trois passages piétonniers, mais un trottoir d’un seul côté. Quand mon fils de sept ans veut aller rejoindre des amis, je m’assure toujours qu’il n’y a pas de circulation avant pour qu’il ne se fasse pas frapper. J’ai un ami policier qui a intercepté un conducteur à 70 km/h sur Marini. »

Le père de famille mentionne qu’aucun accident n’est encore survenu, à sa connaissance. « Mais on en a évité quelques-uns, c’est certain, parce qu’on a entendu des pneus crisser à quelques occasions. Les autobus de la Société de transport de Sherbrooke passent aussi dans la rue et ils roulent moyennement vite. »

L’ouverture du boulevard René-Lévesque amènerait selon lui un flot nouveau de circulation alors que la rue Marini serait devenue une voie de transit. « De 7 h à 9 h du matin, c’est devenu un boulevard. Je compte entre 50 et 60 véhicules aux dix minutes. Je suis d’accord que les gens passent par ici, mais c’est un quartier peuplé d’enfants. »

Jimmy Duval-Caux ne tient pas mordicus à ce que la limite de vitesse soit abaissée si d’autres mesures sont implantées. Il suggère entre autres un radar stroboscopique qui indiquerait aux automobilistes la vitesse à laquelle ils circulent.

M. Duval-Caux se propose donc de faire signer une pétition. Il a aussi invité le maire Steve Lussier à évaluer la situation sur le terrain.

Signalisation assez bien respectée

Au Service de police de Sherbrooke, la porte-parole Isabelle Gendron mentionne qu’aucune surveillance particulière n’a été exigée sur la rue Marini ou dans le secteur Mi-Vallon. Une étude de vitesse a toutefois été réalisée du 22 au 24 août sur la rue Marini. À ce moment, 3365 véhicules ont été dénombrés. De ce nombre, 103 ont circulé entre 50 et 60 km/h, alors qu’un seul est passé entre 60 et 70 km/h et un autre entre 70 et 80 km/h. La moyenne de vitesse enregistrée était située entre 44 et 48 km/h, sous la limite établie à 50.

« Les gens respectent donc assez bien la signalisation dans ce quartier résidentiel. Souvent, les gens ne sont pas formés pour faire une évaluation de la vitesse. Si la circulation est plus importante que dans le passé, il y a peut-être une fausse illusion de vitesse. Nous invitons néanmoins les citoyens à nous contacter à travers le projet Quiétude pour nous signaler les problèmes de circulation dans leur quartier. Ils peuvent aussi faire une demande de surveillance », dit Mme Gendron.

Des câbles permettant de compter le nombre de véhicules et d’évaluer leur vitesse sont par ailleurs réapparus sur la rue Marini dans les derniers jours. Selon le Service des communications de la Ville de Sherbrooke, ils demeureront en place jusqu’à lundi pour déterminer l’influence de l’ouverture du boulevard René-Lévesque sur la circulation dans les rues avoisinantes. Les études réalisées depuis plusieurs années ne démontrent toutefois pas de problèmes de vitesses dans le quartier. Des évaluations semblables sont prévues sur le boulevard René-Lévesque dans les semaines à venir.