À la suite d’un incident survenu au conseil d’arrondissement du 24 septembre où il a contrevenu au règlement concernant la procédure, le comportement et le langage, Pierre Bouchard a été informé qu’il était interdit d’accès pour une période de six mois à l’hôtel de ville et aux conseils d’arrondissement. Mais il est revenu à la charge au conseil d’arrondissement des Nations.

Un citoyen arrêté au conseil d’arrondissement des Nations

SHERBROOKE — Pierre Bouchard, un citoyen habitué des conseils municipaux, a été arrêté lundi soir lors du conseil d’arrondissement des Nations. M. Bouchard était sur le coup d’une interdiction d’accéder à l’hôtel de ville et aux conseils d’arrondissement.

À la suite d’un incident survenu au conseil d’arrondissement du 24 septembre où il a contrevenu au règlement concernant la procédure, le comportement et le langage, M. Bouchard a été informé qu’il était interdit d’accès pour une période de six mois à l’hôtel de ville et aux conseils d’arrondissement.

M. Bouchard en a été informé au début du mois d’octobre en recevant une lettre par huissier, mais il a tout de même décidé de se rendre au conseil d’arrondissement des Nations lundi. 

« J’ai entendu dire que tous les conseillers de mon arrondissement avaient été mis au courant que j’avais reçu une mise en demeure », explique M. Bouchard lorsque rejoint par téléphone par La Tribune. Ma réaction première a été de dire qu’en principe c’est privé. Donc je me suis rendu au conseil, je me suis assis, mais je n’avais pas l’intention de poser de questions. »


« Je ne l’ai pas trouvé drôle. »
Pierre Bouchard

Un agent de la paix a approché M. Bouchard pour lui demander de sortir, mais ce dernier a refusé. Les policiers ont donc procédé à l’arrestation de M. Bouchard et l’ont amené au poste de police.

« Je n’en veux pas aux policiers, ils ont fait leur travail, mais je ne l’ai pas trouvé drôle, indique Pierre Bouchard. Ils m’ont gardé au poste environ deux heures soit la durée de la séance de l’arrondissement pour ne pas que j’y retourne. »

Il a reçu trois constats d’infractions. Un pour avoir refusé de quitter un endroit public lorsque sommé de le faire (149 $), un pour entrave au travail des policiers (149 $) et l’autre pour ne pas avoir respecté l’interdiction de se présenter à un conseil d’arrondissement (644 $). 

En tout, c’est donc près de 1000 $ en constat qu’a reçu M. Bouchard. Il a trente jours pour les contester.

M. Bouchard n’en est pas à ses premiers démêlés avec l’appareil municipal. Il a reçu en mars une mise en demeure de la Ville de Sherbrooke l’intimant de faire preuve de plus de respect pendant la période des questions des citoyens. 

Il s’en était pris à la présidente du conseil, Nicole Bergeron, lors de la séance du 19 février.