Selon l’information transmise aux parents de l’école Sacré-Cœur, les complications sont plus graves et fréquentes chez les enfants de moins de 1 an. « Le meilleur moyen pour éviter la coqueluche est la vaccination. »

Un cas de coqueluche à l’école Sacré-Coeur

SHERBROOKE — Un cas de coqueluche, une maladie très contagieuse, a été rapporté à l’école primaire Sacré-Cœur de Sherbrooke. Une note a été envoyée aux parents les informant de la situation.

« Une personne du service de garde ou de l’école a reçu un diagnostic de coqueluche », indique-t-on dans le mot envoyé aux parents, signé par un infirmier scolaire de la Direction de la santé publique de l’Estrie. La maladie dure environ de six à dix semaines. 

Selon le site du gouvernement du Québec, la coqueluche se caractérise par de fortes quintes de toux. « Elle est causée par une bactérie voyageant dans les gouttelettes projetées dans l’air par une personne infectée, par exemple, lorsque celle-ci tousse ou éternue. »

Selon l’information transmise aux parents de l’école Sacré-Cœur, les complications sont plus graves et fréquentes chez les enfants de moins de 1 an. « Le meilleur moyen pour éviter la coqueluche est la vaccination », fait-on valoir.

On explique également qu’une personne présentant des symptômes de la coqueluche doit rester à la maison et consulter un médecin ou le CLSC.

Si des tests sont faits et confirment le diagnostic de coqueluche, « le service de garde ou l’école devrait en être informé ». Il est recommandé que la personne atteinte reste à la maison pendant cinq jours après le début du traitement ou trois semaines après le début de la toux si elle n’est pas traitée.

On dénombre annuellement entre 240 et 1600 cas de coqueluche au Québec. 

Il a été impossible de s’entretenir avec la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), mardi, en fin de journée.