En avril 2017, Christian Mercier, expéditeur-inspecteur au service de l’entreprise Fiducie Technologies de Fibres Aikawa, à Sherbrooke, est décédé alors qu’il conduisait un chariot élévateur.

Un cariste est décédé coincé par une barrière, révèle la CNESST

Deux causes sont retenues pour expliquer l’accident de travail mortel survenu en avril dernier à l’entreprise Fiducie Technologies de Fibres Aikawa, à Sherbrooke.

Rappelons que Christian Mercier, expéditeur-inspecteur au service de l’entreprise, est décédé alors qu’il conduisait un chariot élévateur.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) retient comme principale cause de l’accident que la barrière du quai de chargement a coincé le travailleur contre le volant lorsqu’elle s’est introduite dans la cabine du chariot élévateur.

D’autre part, le cariste a croisé l’extrémité de la barrière ouverte alors qu’il effectuait un changement de direction à proximité du quai de chargement.

Le matin du 18 avril, aux alentours de 9 h, M. Mercier s’est rendu dans la cour de chargement au volant de son chariot élévateur. Une trentaine de minutes plus tard, un transporteur s’est présenté à la barrière de la cour de chargement et en a demandé l’ouverture.

Lorsqu’il s’est avancé dans la cour avec son camion, il a constaté que le cariste était immobile, dans une position anormale. L’homme était coincé entre la barrière du quai de chargement et le volant de son chariot élévateur. Les services d’urgence ont été appelés sur place et M. Mercier a été transporté au centre hospitalier, où son décès a été constaté.

À la suite de cet accident, la CNESST a interdit l’utilisation du quai de chargement jusqu’à ce qu’un nouveau moyen d’en sécuriser la partie supérieure soit mis en place. Des blocs de béton ont été installés à titre de mesure temporaire pour prévenir les chutes puisque la barrière avait été sectionnée.

Des correctifs, qui ont été soumis par l’employeur et acceptés par la CNESST, sont à l’heure actuelle en voie d’être complétés, souligne la CNESST un communiqué de presse.

Des changements

Selon la directrice des ressources humaines de l’entreprise, Jani Morin, « l’employeur a présenté à la CNESST une nouvelle configuration du quai de chargement et de la barrière, pour laquelle des travaux sont en cours. Aussi, bien qu’aucune défectuosité mécanique ou non-conformité du chariot élévateur pouvant expliquer l’accident n’ait été décelée, l’employeur a remplacé le chariot utilisé à ce poste de travail. »

Pour sa part, le directeur de l’usine Éric Archambault mentionne que l’entreprise cherche « activement à poser des gestes susceptibles de faire en sorte qu’un tel accident ne se reproduise plus chez nous ».

On ajoute que la présentation du rapport d’enquête replonge les employés de l’usine dans le drame vécu le 18 avril, notamment ceux qui ont porté secours à la victime « avec beaucoup de courage et de sang-froid. Nos pensées vont également à la famille, ainsi qu’aux enfants, frères et sœurs de Christian. C’est une triste journée dans la longue histoire de cette entreprise qui emploie 180 travailleurs à Sherbrooke. L’entreprise ne fera aucun autre commentaire que ce présent communiqué de presse », souligne-t-on.

Technologies de Fibres Aikawa est spécialisée dans la fabrication d’équipements et de composants de tamisage et de raffinage destinés à l’industrie des pâtes et papiers.
Au Québec, depuis cinq ans, 13 travailleurs ont perdu la vie dans des accidents liés à l’utilisation d’un chariot élévateur. Dans la région de l’Estrie, deux travailleurs sont décédés dans de tels accidents, précise-t-on.
La CNESST rappelle que seules les personnes formées et autorisées peuvent utiliser les chariots élévateurs et qu’il doit être muni d’un dispositif de retenue pour éviter au cariste d’être écrasé par la structure en cas de renversement.