Des organismes membres de Solidarité populaire Estrie ont analysé le dernier budget du gouvernement Trudeau, mardi. À l’avant-plan le coordonnateur Guillaume Manningham.

Un budget trop spécifique, selon Solidarité populaire

Si les organismes communautaires de la région conviennent que le budget Morneau répond à certains besoins spécifiques, ils déplorent que l’exercice ignore une trop grande partie de la population.

« C’est un budget d’année électorale alors beaucoup d’annonces viendront sans doute après le 21 octobre », met en perspective le coordonnateur de Solidarité populaire Estrie, Guillaume Manningham, en prévenant que les organismes qu’il chapeaute ne se laisseront pas berner.

« C’est sûr que les campagnes de luttes et de revendications vont devoir se poursuivre. »

M. Manningham et plusieurs représentants des 37 organismes membres de Solidarité populaire Estrie ont procédé mardi à la traditionnelle écoute collective du budget fédéral. Le mot saupoudrage a souventes fois été utilisé pour commenter les annonces du ministre des Finances.

Par exemple sur cette bonification du Régime d’accès à la propriété pour faciliter l’achat d’une première maison en faisant passer de 25 000 à 35 000 $ la somme que les premiers acheteurs pourront puiser dans leur REER sans pénalité. « Ça répond peut-être aux besoins d’une petite partie des jeunes ménages qui auraient des REER, mais on aurait préféré des investissements dans le logement social compte tenu que 900 personnes sont en attente d’un tel logement à Sherbrooke », explique M. Manningham.

« Mesure partielle »

Sur les mesures pour encourager les aînés à travailler plus longtemps, Solidarité populaire Estrie souligne que les aînés n’ont malheureusement plus tous cette capacité de travailler. « Encore là il s’agit d’une mesure partielle qui ne répond pas aux besoins des aînés les plus vulnérables. »

À propos du régime national d’assurance-médicaments qui se dessine, Solidarité populaire Estrie rappelle que ses membres militent plutôt pour un régime public universel, puisque la formule hybride actuelle avec les régimes privés crée des inéquités chez les citoyens. Tandis qu’avec un régime public universel, l’État aurait un meilleur rapport de force pour négocier le prix des médicaments avec les compagnies pharmaceutiques, estime-t-on.

Enfin, le coordonnateur qualifie de petite victoire le permis ouvert de travailleur émigrant, mais l’oppose aux 1,7 milliard $ annoncés pour sécuriser les frontières sans augmenter l’aide au développement international. « On veut nous laisser croire que moins de personnes viendront cogner à nos portes, mais on ne travaille pas sur les causes de ces déplacements forcés. »

Alors que ce budget constituait le quatrième et dernier du gouvernement Trudeau, Solidarité populaire Estrie attend avec un peu plus d’espoir le premier budget du gouvernement de la CAQ qui sera déposé jeudi.

« Ce sera le premier budget du nouveau gouvernement et le premier budget d’un parti qui n’avait pas encore été au pouvoir. Les attentes sont grandes. »

Vicki-May Hamm

Vicki-May Hamm très satisfaite

La présidente de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), Vicki-May Hamm, ne cache pas sa satisfaction à l’égard du budget fédéral 2019, dévoilé mardi à Ottawa.

«Le budget offre des résultats majeurs pour les Canadiens en impliquant les gouvernements municipaux. Nous jugeons que cette nouvelle est un point tournant significatif pour les villes et les collectivités de tout le Canada», a déclaré Mme Hamm, qui était justement présente à Ottawa mardi.

Celle qui est d’abord mairesse de Magog était d’autant plus heureuse du contenu du budget qu’elle constatait que le gouvernement de Justin Trudeau était «allé plus loin que prévu encore. De notre côté, c’est la première fois qu’on voit un budget aussi favorable aux municipalités. C’est vrai qu’il s’agit d’une année électorale, mais je pense que ce résultat est aussi attribuable au travail réalisé par la FCM.»

Une des craintes de la FCM était de voir le gouvernement fédéral créé de nouveaux fonds ou enveloppes pour favoriser le développement des municipalités, et ce, à quelques mois seulement d’une campagne électorale fédérale. Mais Ottawa a plutôt décidé d’utiliser des mécanismes déjà en place pour faire parvenir de nouvelles sommes d’argent au monde municipal.

«Le fédéral choisit de réinvestir une très importante somme d’argent dans le Fonds municipal vert. C’est une belle marque de confiance envers la FCM, qui est l’organisme gérant ce fonds», fait valoir Vicki-May Hamm.

Par ailleurs, Mme Hamm applaudit la décision d’Ottawa de continuer à investir dans l’amélioration des réseaux de télécommunications au pays. «Il y a justement quatre milliards $ sur 10 ans, provenant du fédéral et de différentes autres sources, pour la connectivité et internet. Ça répond à une autre de nos demandes. On trouve qu’il reste beaucoup à faire dans ce domaine.»

Enfin, la présidente de la FCM se dit ravie de voir que les municipalités obtiendront 2,2 milliards $ provenant de la taxe sur l’essence. «C’est seulement pour un an, mais j’imagine qu’on pourra discuter de cette question pour les années après.»  Jean-François Gagnon