Le CIUSSS de l’Estrie a embauché 2971 personnes cette année pour faire face à la période estivale, soit 627 personnes de plus que l’an dernier.

Un autre été « très difficile » pour le CIUSSS

Le CIUSSS de l’Estrie a de son propre aveu mieux géré la période des vacances que l’année dernière, mais l’établissement qualifie tout de même la période estivale 2018 de « très difficile ».

« De façon générale, ça va mieux que l’été passé, souligne Annie-Andrée Émond, porte-parole du CIUSSS. C’est toutefois encore critique pour certains secteurs dont les préposés aux bénéficiaires, les CHSLD, et les secteurs spécialisés comme les soins intensifs et la néo-natalogie. Ce sont des endroits où nos listes de rappel sont limitées. »

« On prépare la période d’été depuis septembre dernier, assure-t-elle. On a analysé ce qui s’était passé et on a identifié des endroits précis à problème comme les petits points de services où une seule personne donne un service. Il faut alors absolument la remplacer pour éviter le bris de service. Lorsque les gens s’absentent de façon non planifiée, c’est excessivement difficile, mais si la situation est mieux, c’est grâce à nos employés. Heureusement que nous les avons. »

La porte-parole confirme que l’établissement n’a pas eu de bris de service cet été.

« Mais ça ne veut pas dire que nous n’avons pas eu à réorganiser des services, précise-t-elle. Certains pouvaient être offerts différemment. Nous avons aussi fait du délestage de service planifié. Si par exemple il manque de préposé aux bénéficiaires et qu’on a de la difficulté à donner tous les bains, il se peut qu’on les retarde, mais on s’assure que ça n’arrive jamais à la même personne. On fait une rotation. Une personne ne peut donc pas se retrouver sans bain pendant plusieurs semaines. »

Mme Émond confirme que certains employés ont dû faire du temps supplémentaire.

« Il y a des gens qui acceptent d’en faire, mais parfois c’est obligatoire. Ce n’est pas toujours drôle, mais on peut compter sur une belle équipe. »

La canicule n’a pas non plus été un facteur selon le CIUSSS puisqu’elle est survenue avant la grosse période de vacances.

Plus d’embauche

Le CIUSSS de l’Estrie a embauché 2971 personnes cette année pour faire face à la période estivale, soit 627 personnes de plus que l’an dernier.

« On ne peut pas comparer facilement les années, admet toutefois Mme Émond. Nous avons plus d’employés, mais aussi plus de services que l’an dernier donc plus d’heures à travailler. Donc au final nous n’avons pas nécessairement plus de gens dans nos bassins d’employés. Nous avons aussi notre problème d’absentéisme au travail, c’est un problème qui est connu et sur lequel on travaille. La situation s’est stabilisée, mais ça reste un problème. »

Le CIUSSS a engagé 85 % de plus de candidats à l’exercice de la profession (CEPI) que l’an dernier et 47 % de plus d’externes. Les CEPI et les externes sont des personnes qui terminent leurs études tout en travaillant.

« Ça nous aide beaucoup, indique Annie-Andrée Émond. On prend les étudiants dès leur première année en technique infirmière et on les engage comme préposé. »