Un autre effondrement chez LAB Chrysotile

Nelson Fecteau
La Tribune
Quatre mois et demi après le glissement de terrain qui a forcé la fermeture puis le déplacement de la route 112 à Thetford Mines, la compagnie LAB Chrysotile est confrontée à un autre important effondrement d'un pan de sa mine à ciel ouvert.
Le mouvement de terrain s'est produit il y a quelques jours. Il a endommagé un chemin emprunté par les camions qui circulent dans la mine Lac, située entre St-Joseph-de-Coleraine et le secteur Black Lake de Thetford Mines.
«C'est un événement interne que nous gérons présentement à l'interne. Les affaires se poursuivent normalement», s'est borné à dire le président et chef de direction de l'entreprise, Simon Dupéré.
M. Dupéré a refusé de commenter l'ampleur ou les conséquences éventuelles du glissement de terrain survenu le 1er janvier, sur la face ouest du puis à ciel ouvert de la mine, en face du belvédère d'observation.
Il a affirmé qu'il n'y avait pas de différence, que l'entreprise n'avait pas émis de communication et que cet incident faisait partie du genre de choses que les dirigeants d'entreprises avaient à évaluer.
Les activités se poursuivent. Un chemin temporaire a été aménagé.
«Nous continuons de miner, peut-être pas partout, mais nous continuons de le faire», précise le président Dupéré en insistant sur le fait que la sécurité des travailleurs demeurait la priorité chez LAB Chrysotile.
 
Texte complet dans La Tribune de mardi.