Alex Boisvert-Lacroix a vu pour la première fois l'affiche qui sera exposée près de l'aréna Eugène-Lalonde.

Un appui aux Olympiens sherbrookois

Sherbrooke – Les Sherbrookois qui participeront aux Jeux olympiques en patinage de vitesse seront appuyés par leur ville natale. Devant une centaine de jeunes athlètes, Kim Boutin et Alex Boisvert-Lacroix ont vécu le dévoilement de deux grandes pancartes à leur effigie.

Les panneaux seront installés à l’extérieur de l’aréna Eugène-Lalonde. « Sherbrooke est fière de toi, Alex », est-il inscrit, à titre d’exemple. La photo des athlètes accompagne le tout.

« C’est la première fois qu’une athlète en courte piste et un athlète en longue piste se classent pour les mêmes Jeux olympiques, indique le vice-président du Club de patinage de vitesse de Sherbrooke, Christian Côté. C’est pourquoi on l’a souligné ».

Vivre ce dévoilement à l’aréna Eugène-Lalonde de Sherbrooke était un sentiment spécial pour Boisvert-Lacroix, lui qui a donné ses premiers coups de patin dans cet amphithéâtre. « J’ai fait de longues heures d’entraînement ici. C’est un beau cadeau qu’ils nous ont fait aujourd’hui. C’est plaisant de voir le support des jeunes et du club auquel je suis encore très attaché. Ça fait du bien de retrouver mes racines », affirme-t-il.

Vers les Jeux olympiques

Le patineur spécialisé en patinage sur longue piste Alex Boisvert-Lacroix, âgé de 30 ans, vivra ses premiers Jeux olympiques. « C’est le rêve d’une vie qui se réalise. C’est un sentiment de légèreté, un peu comme si j’étais sur un nuage. Toute ma vie, j’ai tenté de me rendre aux Olympiques et j’ai enfin réussi. Quand c’est notre but ultime et qu’il est enfin atteint, notre vie prend son sens », décrit-il.

L’athlète n’a pas réussi à se qualifier aux derniers Jeux olympiques d’hiver à Sotchi en 2014, ce qui aurait pu mettre fin à sa carrière. « Ça a été un gros coup après Sotchi, analyse Alex Boisvert-Lacroix. Je ne savais pas si j’allais continuer à patiner. Finalement, je me suis donné une dernière chance. Les choses ont débouché : j’ai été meilleur que jamais. J’ai changé plusieurs fois la façon dont je m’entraînais, ce qui a été très payant. »

D’ici les Jeux olympiques, Alex Boisvert-Lacroix aura du pain sur la planche. « Je vais à Calgary pour m’entraîner en vue des Jeux. Ensuite, je vais en Coupe du monde en Allemagne. À partir de là, on s’en va directement en Corée pour les Olympiques », analyse-t-il fièrement.

« Simplement monter sur le podium serait grandiose. Ce serait le rêve total. Juste pour la participation, je suis content, mais je ne vais pas là-bas pour faire du tourisme. Je vais là pour gagner », conclut-il.