Les résidences privées pour aînés, comme la Villa de l’Estrie appartenant à Chartwell, ou encore le Groupe Maurice, demandent à Québec de leur reconnaître un bail spécifique, ce que conteste le Réseau FADOQ et l’AQDR.
 Les résidences privées pour aînés, comme la Villa de l’Estrie appartenant à Chartwell, ou encore le Groupe Maurice, demandent à Québec de leur reconnaître un bail spécifique, ce que conteste le Réseau FADOQ et l’AQDR.

Un affrontement se prépare dans les résidences privées pour aînées

Alain Goupil
Alain Goupil
La Tribune
Un affrontement se dessine entre les groupes de défense des aînés et le Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA) au sujet des prochaines hausses de loyer et sur la question des services non rendus durant la pandémie.

Déjà, le Réseau FADOQ a commencé à fourbir ses armes en demandant à la ministre Andrée Laforest de ne pas céder devant le lobby du RQRA, tandis que l’AQDR (Association québécoise de défense des droits des personnes préretraitées, retraités et aînées) prépare une campagne sur ces mêmes enjeux qui sera lancée à la fin du mois.

Le Réseau FADOQ compte plus de 535 000 membres au Québec, dont 36 000 en Estrie, tandis que l’AQDR parle au nom de quelque 25 000 membres, dont 750 en Estrie.

Les deux organisations pour aînés se disent inquiètes des démarches entreprises par le RQRA visant à créer un bail spécifique pour les résidences privées pour aînés (RPA) et à faire adapter la grille de loyers générique publiée chaque année par la Régie du logement. 

Selon la FADOQ, l’objectif du Regroupement est de « permettre des hausses de loyer significatives avec peu de recours possibles pour les locataires ».

La FADOQ a fait part de son désaccord à la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, lors d’une rencontre tenue au cours des dernières semaines, tandis que l’AQDR a demandé à la ministre responsable des aînés, Marguerite Blais, d’émettre des « directives claires » sur cet enjeu.

Parmi ses arguments, le Regroupement fait valoir qu’un bail spécifique permettrait de mieux payer les préposées aux bénéficiaires et de prévenir la fermeture de petites résidences.  

La FADOQ se dit favorable à une aide gouvernementale aux petites résidences indépendantes, mais demeure sceptique à l’égard des grands groupes (Chartwell, Groupe Maurice, Soleil, etc.),. Ceux-ci « devront faire la preuve qu’ils peinent à boucler leur budget », estime la FADOQ.

Services non rendus

Pour sa part, l’AQDR entend revenir à la charge au sujet des services non rendus durant la pandémie (ménage, buanderie, stationnement, etc.) et qui ont été facturés aux résidents.

« C’est un dossier qui nous préoccupe beaucoup, indique Isabelle Guérard, coordonnatrice de l’AQDR de la région de Sherbrooke. Il y a des propriétaires de résidences qui, au lieu de rembourser leurs résidents, leur offre des réductions sur ces mêmes services ou encore des cartes-rabais. Pourtant, les RPA ont reçu des subventions du gouvernement pour pallier aux effets de la COVID. On veut que la ministre Blais émette des directives claires à ce sujet. Cela fait des semaines qu’on attend. »