Normand Groleau

Un accident de moto cause la mort de Normand Groleau

L’ancien directeur général d’Estrie Aide Normand Groleau est décédé tôt vendredi matin. Il a été victime d’un grave accident de la route à North Conway au New Hampshire en fin d’après-midi jeudi. Pour son ami Raymond Vincent, il s’agit du décès d’une « Mère Teresa sherbrookoise ».

M. Groleau faisait une randonnée à moto en compagnie de deux de ses amis au moment de l’accident.

Un homme de cœur

Raymond Vincent n’a que de bons souvenirs aux côtés de Normand Groleau. « Je l’ai connu au début des années 1970 alors que j’étais à la radio de CJRS et qu’il était photographe pour La Tribune. À ce moment, il roulait sa bosse un peu partout. Il a toujours été un gars qui s’impliquait beaucoup pour les organismes à but non lucratif, il organisait des soupers, toutes sortes de choses pour venir en aide à tout le monde », se rappelle-t-il, ajoutant qu’il a été connu et reconnu lorsqu’il a ouvert son Studio Zoom, où il a photographié plusieurs vedettes. 

« Il s’est beaucoup impliqué pour Arthur et son œuvre, enchaîne-t-il. C’était Arthur Laforest qui faisait ce qu’Estrie Aide fait aujourd’hui. Il a voulu l’aider et c’est devenu, à la suite de tous les développements, Estrie Aide. Je l’ai encore connu davantage, car on se fréquentait plus souvent. Il m’a demandé d’être vice-président d’Estrie Aide, car il voyait toujours plus grand et plus gros », raconte-t-il, le qualifiant comme étant un cœur sur deux pattes.

« Il a sauvé la vie de beaucoup de personnes, assure M. Vincent. Il s’est organisé avec un juge pour que les gens qui ont une peine à faire puissent venir le faire chez Estrie Aide. On les recevait et ils nous donnaient un fier coup de main. On les encourageait à continuer et leur montrait comment faire pour réussir et avoir confiance en la société. »

Famille sous le choc

Rejointe par La Tribune, la nièce de Normand Groleau, Charlene Audrey Chouinard, a accepté de lui livrer un hommage, malgré le choc du décès de son oncle. « On le tenait pour acquis, on le croyait invincible! On a travaillé ensemble au début des années 1990. Je faisais ce que je pouvais, mais ce n’était rien comparé à ce que lui a fait pour nous. Il m’a toujours inspiré, il nous a aidés, mais il aidait tout le monde », dit-elle, ajoutant qu’elle avait prévu un projet de photographie avec son oncle, mais qu’il a quitté avant. 

Qu’est-ce que les Estriens devraient se rappeler de Normand Groleau? « Sa générosité sans borne et son positivisme. Il était généreux de sa personne et de son esprit. Il aimait rendre les gens heureux. Quand je le voyais à Noël, il faisait mon année. Il était drôle, il nous sauvait un peu. Ça va au-delà de sa générosité et de ce qu’il a accompli avec Estrie Aide », mentionne-t-elle. 

Après 15 années à la tête d’Estrie Aide, Normand Groleau avait quitté la direction de l’organisme qui vient en aide aux démunis au centre-ville de Sherbrooke en 2012 et avait pris sa retraite. Il avait fondé Estrie Aide en 1997.

M. Groleau a aussi fait carrière dans la photographie. On a pu le voir prendre des clichés des enfants qui allaient voir le père Noël au Carrefour de l’Estrie durant le temps des Fêtes.