Alexandra Pepin, Nicolas Goudreault et Anabel Mathieu-Maheu, étudiants en travail social, vont lancer Allô Retour, un service de raccompagnement à pied sur le campus principal de l'Université de Sherbrooke.

UdeS: un service de raccompagnement à pied voit le jour

Il y a Opération Nez rouge pour les gens qui ne veulent pas prendre le volant, il y aura désormais Allô Retour sur le campus principal de l'Université de Sherbrooke. Trois étudiants en service social s'apprêtent à lancer un service de raccompagnement à pied, qui vise à ramener les étudiants en toute sécurité le soir, après les cours ou encore après une fête.
L'initiative s'inspire de la « foot patrol » de l'Université d'Ottawa, raconte Alexandra Pepin, une ancienne étudiante en criminologie de l'université ontarienne. « Je suis arrivée ici et il n'y avait pas de service de ce type-là », raconte celle qui a utilisé le service une fois après avoir manqué son autobus.
Alexandra et ses camarades Nicolas Goudreault et Anabel Mathieu-Maheu, étudiants à la maîtrise en service social, avaient envie de s'impliquer. La création d'Allô Retour s'avère une bonne façon de le faire, racontent-ils en entrevue sur le campus.
En groupe de deux, un garçon et une fille, des étudiants raccompagneront ceux et celles qui le souhaitent à la maison ou à l'arrêt d'autobus. La distance de marche n'excèderait pas trente minutes aller-retour, précisent les responsables du projet. Une petite centrale d'appel installée dans un local du campus principal sera en fonction pour prendre les demandes des étudiants.
Le trio souhaite lancer le service vers la rentrée scolaire, en prévision des initiations. Il planche actuellement sur les détails de la logistique afin que le projet puisse être mené de façon sécuritaire, par exemple avec la tenue d'un registre des déplacements. Il dit avoir obtenu l'appui de la sécurité de l'UdeS et d'associations étudiantes.
Les responsables recherchent actuellement des bénévoles. Des appels ont notamment été lancés sur leur page Facebook.
Ils tiendront un kiosque lors des journées de la rentrée, qui se tiendront les 30 et 31 août à l'UdeS.
L'initiative compte plusieurs objectifs : lutter contre les agressions à caractère sexuel sur le campus, aider les étudiants qui ne sont pas en état de conduire pour le retour ou tout simplement pour raccompagner ceux et celles qui ne veulent pas retourner à la maison seuls le soir, font valoir les responsables.
Le trio se doute que les bénévoles d'Allô Retour devraient être plus particulièrement sollicités lors des initiations ou encore après les « 5 à 7 » qui s'étirent. Il estime qu'un tel service pourrait contribuer à réduire les incidents qui se sont produits dans des autobus de la Société de transport de Sherbrooke (STS). Il pourrait s'avérer fort utile pour les gens qui ont un peu trop bu.
« C'est déjà arrivé que des gens aient été retrouvés saouls dans les bancs de neige », souligne Anabel, en ajoutant que le projet offre un côté sécuritaire même s'il ne se substitue pas aux services de sécurité.