L’Université de Sherbrooke a dévoilé la nouvelle dénomination de son centre sportif, qui s’appellera dorénavant Centre sportif Yvon-Lamarche. Sa femme Huguette, Charles Tiffault, sa fille Sonia, Paul Deshaies, sa fille Sylvie, l’ancien maire Jean Perrault et le recteur de l’Université de Sherbrooke Pierre Cossette, étaient présents au dévoilement.

UdeS : le centre sportif au nom d’Yvon Lamarche

Yvon Lamarche fut une figure marquante pour le développement du sport et la concertation des différents acteurs du monde sportif sherbrookois et estrien et ce, pendant des années. Mercredi matin, de tous les horizons sportifs, que ce soit du Cégep de Sherbrooke, de l’Université de Sherbrooke ou de Bishop’s, de la CSRS ou de la Ville de Sherbrooke, ils étaient présents au Centre sportif de l’Université de Sherbrooke qui porte désormais son nom afin de lui rendre hommage.

Grand bâtisseur du milieu sportif, Yvon Lamarche méritait un hommage à la hauteur de sa très précieuse collaboration au développement du sport, mais surtout, il méritait que l’on souligne à grand trait sa qualité de rassembleur, a dit l’ancien maire de Sherbrooke Jean Perrault.

C’est ce dernier, appuyé par Paul Deshaies et de Charle Tiffault, qui a moussé l’idée auprès de l’Université.

De grandes valeurs

« J’ai rencontré Yvon Lamarche sur le campus, comme tant d’autres étudiants. J’ai appris de lui de grandes valeurs. Yvon a amené Sherbrooke et son milieu sportif dans une grande concertation ».

« À l’époque, j’étais au Cégep, lui à l’Université, Ivan Beaulieu à la Ville et Roger Legault à la CSRS. On aurait pu tous travailler individuellement; Yvon nous a ralliés en concertation de programmes. Par exemple, tous s’entendaient sur la nécessité d’avoir une piscine 50m en région. Ainsi, on a construit le CAP avant le Centre sportif de l’université. Il aurait été tentant pour nous au Cégep de construire la piscine de 50 m à même notre nouveau centre sportif. Mais on s’était entendu, les directeurs de sports, à l’effet que l’UdeS serait le site principal pour le déroulement de compétitions d’envergure et pour l’établissement d’équipements de type tertiaire, comme la piscine 50m, une piste d’athlétisme extérieure, grand gymnase pour l’athlétisme. »

« C’est comme ça que le partenariat, qui est notre force à Sherbrooke, a commencé et a pu nous fournir l’occasion d’accueillir des compétitions grandioses », a-t-il dit, en faisant référence aux deux éditions des Jeux du Québec, des Jeux du Canada et des Mondiaux Jeunesse.

« Aujourd’hui, le tourisme sportif et ses retombées, ainsi que le développement touristique et sportif sont reconnus. On a réalisé que lorsqu’on accueillait des compétitions, c’était bon pour la ville. Voilà pourquoi j’ai pensé qu’il serait intéressant d’honorer ce grand bâtisseur qu’était Yvon », a réitéré M. Perrault.

Des propos qui ont rapidement trouvé écho auprès de la communauté universitaire, confirme le recteur de l’Université de Sherbrooke Pierre Cossette.

Yvon Lamarche

Visionnaire

« Son sens de l’innovation et de l’engagement était unique. C’est un homme qui a fait la différence et qui nous lègue une façon de travailler unique. Il fut un gestionnaire visionnaire à bien des égards », a-t-il indiqué.

« Grâce à cette concertation, l’Estrie est mieux équipée pour accueillir les gens et les compétitions internationales. C’est un peu son legs. Il rassemblait les gens autour d’un même projet. Ce qu’on voit aujourd’hui, ce n’est pas une unanimité de façade, il a bousculé les gens, mais de façon positive, ils les a fait avancer et réfléchir et les gens ont reconnu qu’avec lui comme leader, ils sont allés plus loin.

Sa femme Huguette, de même que ses filles Sonia et Sylvie étaient aux premières loges pour assister au dévoilement de la plaque honorifique qui ornera la devanture du Centre sportif, immortalisant son implication à l’UdeS.

« Il nous a laissé des valeurs qui ont été le moteur de sa vie personnelle et professionnelle. C’était un homme de cœur, dont la passion l’a poussé à se dépasser. La force du travail d’équipe et le partenariat lui ont permis d’arrimer le monde des affaires et du sport. L’écoute, le respect, l’intégrité, la fidélité, voilà ce qui a dirigé sa vie », a indiqué sa fille Sylvie, lors d’une allocution émotive.

« Yvon avait un charisme irrésistible. Il savait embarquer les gens dans des projets qui semblaient de prime abord un peu utopiques. Il était très difficile de dire non! Sa capacité de rassembler les gens autour d’un même projet était incroyable », a pour sa part indiqué Paul Deshaies.

Ce changement de nom a reçu un appui unanime des principaux décideurs de l’Université de Sherbrooke.