TSO : pas de moyens de pression en fin de semaine

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Comme leurs homologues de la province, les infirmières du CIUSSS de l’Estrie-CHUS ne devaient pas accepter d’heures supplémentaires obligatoires en fin de semaine à moins d’une situation exceptionnelle. Pendant 48 heures, les membres du FIQ avaient le mot d’ordre de refuser le temps supplémentaire obligatoire (TSO). Mais vendredi matin, le syndicat a annoncé avoir annulé son moyen de pression.