Les chiens doivent être tenus en laisse dans les parcs de la Ville, avertit le SPS.
Les chiens doivent être tenus en laisse dans les parcs de la Ville, avertit le SPS.

Trop de chiens sans laisse dans les parcs, déplore le SPS

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Le Service de police de Sherbrooke (SPS) remarque un laisser-aller dans l’obligation de maintenir en laisse les chiens dans les parcs de la Ville.

Depuis mai, les policiers et employés des parcs totalisent maintenant plus de 450 interventions auprès de propriétaires de chien qui ne respectent pas la règlementation.

« Combinées aux avertissements pour les gens qui consomment de l’alcool dans les parcs, c’est le cap des 1000 interventions qui a été éclipsé », déplore Samuel Ducharme, porte-parole du SPS. 

« Malheureusement, les avertissements ne semblent pas être efficaces et le problème persiste. Aucun policier ne prend plaisir à donner un constat parce que la personne s’amuse avec son chien dans un parc sans laisse. Mais le message doit être entendu! »

Jusqu’à maintenant, seulement cinq constats ont été donnés. Le montant à payer est de 161 $.

Quand un employé municipal œuvrant dans un parc avertit un citoyen concernant ce règlement, c’est comme si c’était un policier qui parlait, ajoute M. Ducharme. « Ils sont formés par nous les policiers, ajoute-t-il. Ces personnes le font à notre demande. »

« On devra commencer à sévir. On ne le fait pas pour remplir les coffres de la Ville. Nous avons donné des centaines d’avertissements depuis le début de la saison. Quel propriétaire de chien ne sait pas qu’il faut garder l’animal en laisse dans les parcs? Des gens ont peur des chiens. On ne sait pas si le chien est dangereux ou pas quand il s’en vient vers nous. »

M. Ducharme invite les gens à fréquenter les parcs canins de la Ville pour laisser leur animal en liberté et en sécurité.

« Nous savons que les gens sont excédés par les contraintes depuis le début de la pandémie », lance-t-il.

« On doit tous collaborer pour faire baisser la pression. »