Trois manifs en quatre jours pour les employés du CIUSSS

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Des employés du CIUSSS de l’Estrie – CHUS ont un horaire chargé de manifestations cette semaine pour dénoncer le manque de personnel dans les établissements de santé avant et pendant la crise de la COVID-19.

La première manifestation organisée par le SCFP a eu lieu lundi avant-midi dans le stationnement de l’Hôpital de Lac-Mégantic. Une marche vers le bureau du député de Mégantic, François Jacques, était ensuite prévue. Une rencontre avec le député caquiste avait été demandée.

La deuxième manifestation doit se dérouler mardi au pavillon Saint-Vincent à Sherbrooke. On compte sur la présence de la députée de Saint-François, Geneviève Hébert, qui doit rencontrer les représentants syndicaux à 13 h.

Jeudi, un rassemblement doit avoir lieu dans le stationnement de l’Hôpital de Granby en avant-midi. On prendra ensuite la rue pour se rendre au bureau du député de Granby, François Bonnardel. Selon le syndicat, le député et ministre caquiste, aurait refusé de rencontrer les représentants syndicaux. C’est le conseiller syndical Éric Bergeron qui sera sur place, note-t-on dans un communiqué de presse.

Ces événements ont pour but de rappeler à la population et aux députés du gouvernement du Québec qu’il faut enfin corriger les conditions de travail des employés du réseau de la santé et des services sociaux. « Le manque de personnel a fait des ravages au cours des dernières années, après quoi la pandémie de la COVID-19 a encore aggravé la situation », dénonce-t-on.

Ces employés réclament donc des règlements dans les dossiers d’équité salariale qui traînent depuis de nombreuses années pour les préposés aux bénéficiaires, les préposés à la stérilisation, les assistants en réadaptation, les auxiliaires de service de santé et sociaux ainsi que les assistants techniques « seniors » en pharmacie, énumère le syndicat.

Ils revendiquent aussi, dans un premier temps, l’amélioration et la prolongation des primes des travailleurs en CHSLD, des ouvriers spécialisés et des travailleurs œuvrant auprès des usagers ayant des troubles graves de comportement. Dans un second temps, ils demandent la conversion de ces primes en augmentations de salaire.

Enfin, ils rappellent la nécessité d’améliorer les conditions de travail de l’ensemble du personnel de la catégorie 2, nécessaire pour l’attraction et la rétention et, ultimement, pour améliorer les soins et services à la population.

Notons que le SCFP 4475 représente plus de 5000 employés de la catégorie 2 du CIUSSS de l’Estrie – CHUS.