Les trois promoteurs projettent un complexe sportif qui comprendrait un terrain de soccer intérieur, deux patinoires intérieures, des gymnases et des installations pour le hockey-balle.

Trois Magogois proposent un complexe sportif près de la 55

La Ville de Magog n'a pas encore annoncé ses couleurs en ce qui concerne le projet de seconde patinoire intérieure sur son territoire, mais déjà un groupe de promoteurs s'avance pour proposer la construction d'un complexe sportif d'importance en bordure de l'autoroute 55.
Trois résidants de la région de Magog se trouvent derrière ce projet de complexe sportif. Il s'agit de Stéphane Jolin et Stéphane Porte, deux noms connus des amateurs de soccer de la ville, ainsi que d'une troisième personne dont le nom est gardé confidentiel pour le moment.
À l'origine, le projet devait se limiter à la construction d'un terrain de soccer intérieur. Mais il a évolué avec le temps. En effet, les promoteurs prévoient par surcroît la construction de deux patinoires intérieures, de gymnases et d'installations pour la pratique du hockey-balle.
Les trois promoteurs voudraient que leur complexe soit construit près de l'autoroute 55, à proximité du Centre intégré de formation industrielle et de la rivière Magog.
« On l'installerait dans le secteur industriel de la ville, souligne Stéphane Jolin. On a l'impression que ce serait avantageux d'être là puisqu'on ne déragerait personne à cet endroit. En plus, ce serait bien d'être près de l'autoroute parce que les gens nous pourraient facilement accéder à nos installations. »
M. Jolin affirme que le complexe sportif attirerait une clientèle locale de même que des gens de l'extérieur. Il soutient que des organisations sportives sherbrookoises seraient sans doute intéressées à utiliser ses installations.
Jusqu'à 800 personnes pourraient s'entasser dans les gradins autour de l'une des deux patinoires. « C'est certain qu'on aimerait accueillir le midget AAA. On n'a pas vérifié combien on aurait besoin de places dans les estrades pour ça, mais on est prêt à regarder cette question », assure le promoteur.
Considérant que le projet demeure à un stade embryonnaire pour le moment, les trois promoteurs ignorent combien il en coûterait exactement pour que celui-ci voie le jour. Stéphane Jolin affirme néanmoins que l'investissement nécessaire se chiffre sans doute à plus de 10 millions $.
« Nous avons déjà approché des investisseurs et nous allons avoir des discussions avec d'autres personnes potentiellement intéressées à investir dans notre projet. On verra comment ça se développe de ce côté. »
« Trop tôt »
Invitée à commenter le projet des trois hommes, la mairesse de Vicki-May Hamm s'est montrée peu bavarde. « Nous allons rencontrer toutes les personnes qui souhaitent solutionner notre problème de patinoire. Mais il est trop tôt pour que je me prononce sur cette proposition en particulier », a-t-elle déclaré.
Ces derniers mois, il a surtout été question d'ajouter une seconde patinoire intérieure au parc de l'Est, où se trouve l'aréna de la municipalité actuellement. Mais ce projet n'a pas encore reçu l'aval du conseil municipal.
« Chaque lieu potentiel pour la deuxième glace présente des avantages et des inconvénients. Il faudra bien étudier toutes les options possibles avant de décider de l'issue de ce dossier », déclare Mme Hamm, qui préconise le recours à un partenariat public-privé pour solutionner la problématique existante.