Denis Pellerin

Trois candidates du RS mettent en demeure Denis Pellerin

Trois candidates du Renouveau sherbrookois, Danielle Berthold, Mariette Fugère et Geneviève Hébert, ont acheminé une mise en demeure au candidat à la mairie Denis Pellerin pour des propos qu'elles jugent diffamatoires. Elles réclament des excuses et 10 000 $ chacune.

Les propos tenus par M. Pellerin ont été publiés sur la page Facebook d'Entrée libre le 26 octobre et avaient été dénoncés la semaine dernière par le chef du Renouveau sherbrookois Bernard Sévigny. M. Pellerin s'en était pris à M. Sévigny également, l'accusant d'intimider les conseillères indépendantes.

Denis Pellerin s'était excusé sur le même forum, le jour même, auprès de toutes les femmes qui s'étaient senties interpellées. « Cependant, si mes mots ont été mal interprétés et vous ont blessées, je m'en excuse », écrivait-il.

M. Pellerin déplore que ces propos ne soient pas intégrés à la capture d'écran jointe à la mise en demeure pour rapporter ses écrits.

« J'ai déjà présenté mes excuses aux femmes impliquées ainsi qu'à toutes les autres femmes que ça aurait pu offenser. Je l'ai fait promptement, dès que j'ai pu. Il n'y en aura pas d'autres » écrit Denis Pellerin dans un communiqué.

Dans la mise en demeure, dont La Tribune a obtenu copie, la publication de M. Pellerin est jugée « sexiste, misogyne, dénigrant[e] et inapproprié[e] ». On y dénonce aussi la connotation sexuelle qui y est rattachée.

On évoque que ces propos ont entaché l'image des candidates et leur a causé du stress, de l'angoisse et de la détresse émotionnelle.

La mise en demeure datée du 30 octobre donne 48 heures à M. Pellerin pour se rétracter et s'excuser publiquement, et cinq jours pour payer les dommages subis et les dommages punitifs et exemplaires, pour un total de 30 000 $.