Le candidat péquiste dans Sherbrooke, Guillaume Rousseau, a obtenu le soutien de Wadie Jaafar, Christine Ouellet et Joanie Parenteau.

Trois appuis pour Guillaume Rousseau

Le candidat du Parti québécois dans Sherbrooke, Guillaume Rousseau, s’est montré très ému, jeudi, lors de la présentation de trois citoyens qui le soutiennent publiquement.

Il s’agit de Joanie Parenteau, de la garderie Mes petits coups de cœur, l’ancienne conseillère municipale Christine Ouellet et Wadie Jaafar, qui lutte contre la maladie de Crohn et qui aide son fils atteint de la leucémie.

« Vous le savez, quand on fait de la politique, on le fait pour les idées, a affirmé Rousseau après les témoignages. On le fait pour le contenu. Je suis aussi quelqu’un de sensible. Les dossiers évoqués n’étaient pas des questions de directive ministérielle ni de compétence en droit. C’était vraiment d’écouter et d’avoir le cœur aussi grand que nécessaire dans ces cas-là. »

«Capable de voir large»

M. Jaafar, qui a été ébranlé par la maladie, a trouvé un soutien en Guillaume Rousseau. « Pendant notre période très difficile, j’ai fait appel à Guillaume et il était là, surtout comme appui. Que ce soit sur le plan familial, pour une collecte de fonds ou juste pour demander comment ça va », a raconté l’ancien étudiant de Rousseau.

« J’ai connu Guillaume dans ma courte vie politique, au moment où il présentait une conférence, a partagé de son côté Christine Ouellet. Guillaume a démontré cette grande perspective à résoudre une problématique très locale et urbaine. J’ai compris qu’il était capable de voir très large pour aller chercher différentes options. »

Mme Parenteau, elle, a connu M. Rousseau quand son service de garde était menacé de fermer. « J’ai eu la chance d’avoir l’appui de M. Rousseau, qui était lui-même impliqué en tant que président de Dysphasie Estrie, une ressource importante dans la région », a-t-elle analysé.