Aux Serres St-Élie, les clients étaient « étonnamment nombreux » depuis la réouverture mercredi.
Aux Serres St-Élie, les clients étaient « étonnamment nombreux » depuis la réouverture mercredi.

Très bon achalandage dans les centres de jardinage

La réouverture des centres de jardinage cette semaine n’est pas passée inaperçue. Les Sherbrookois ont été nombreux à se rendre dans les différents commerces au cours des derniers jours.

Aux Serres St-Élie, les clients étaient « étonnamment nombreux » depuis la réouverture mercredi. 

« Ça se passe bien avec 95 % des gens, confirme Mélanie Grégoire, copropriétaire. La règle qui fâche les gens, c’est celle d’une personne par famille. Souvent, l’achat d’un plant ou d’un arbuste est un choix familial. »

Comme partout ailleurs ce sont les articles relatifs au potager qui sont les plus recherchés.

Au Botanix sur la rue King Est, un seul client à la fois est accepté à l’intérieur du magasin. 

« C’est assez occupé, les gens réagissent, explique Claude Pepin, producteur horticole. Il n’y aura jamais autant de jardins au Québec qu’en 2020. Les gens viennent surtout pour des pousses comme la luzerne ou le brocoli. Ils peuvent en manger en quelques jours. »

La réouverture mercredi du Jardin Pro à Saint-Denis-de-Brompton a été très courue et encore vendredi les gens étaient au rendez-vous.

« On est heureux de voir le positif qui ressort, mentionne Danielle Gagnon, gérante du centre de jardinage. Il y a une vague pour l’achat local. Ça demande des ajustements comme d’autres entrées ou des stations de nettoyage, mais ça va bien. Tout ce qui est comestible est très populaire, les légumes, les fines herbes et les arbres fruitiers. La terre à jardin aussi est populaire. »

Mme Gagnon confirme que la réouverture des magasins ne ralentit pas du tout les commandes en ligne ou par téléphone.

Les Serres Neville sur la rue Wellington Sud n’ouvriront que la semaine prochaine, mais déjà reçoivent un fort volume d’appel.

« Ça s’annonce comme une forte saison, résume Cathy Brochet, copropriétaire. On a deux personnes qui travaillent à temps plein sur une boutique en ligne. »