Le MTQ relance des travaux d’asphaltage de la chaussée sur l’autoroute 10 à la hauteur des secteurs  Saint-Élie et Deauville.
Le MTQ relance des travaux d’asphaltage de la chaussée sur l’autoroute 10 à la hauteur des secteurs  Saint-Élie et Deauville.

Travaux d’asphaltage sur la 10 Ouest: suite et fin

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Le ministère des Transports du Québec (MTQ) relance une fois de plus des travaux d’asphaltage de la chaussée sur l’autoroute 10 à la hauteur des secteurs Saint-Élie et Deauville. On promet que c’est le dernier épisode.

Parce que les automobilistes qui empruntent ce tronçon ont encore frais en mémoire les bouchons de circulation causés par les entraves des chantiers lancés sur la 10 au cours des dernières années.

Ces travaux de parachèvement, qui débutent ce jeudi, s’inscrivent dans le cadre du chantier d’asphaltage de l’autoroute 10 Ouest réalisé à l’été 2019. 

Rappelons que les phases 1 et 2, situées entre la route 220 et le chemin Saint-Roch Nord, ont déjà été réalisées. Il s’agit donc de la troisième et dernière phase du projet, note le MTQ.

Des panneaux à affichage variable, annonçant le début des travaux, ont été installés il y a quelques jours le long de la voie rapide pour informer les automobilistes.

Le chantier doit se terminer le 12 juin. Le plan prévoit que la chaussée en direction ouest sera fermée et que la circulation se fera en contresens dans l’autre voie. La limite de vitesse est fixée à 70 km/h.

«Ces travaux de parachèvement s’inscrivent dans le chantier d’asphaltage que nous avons réalisé l’an dernier, en août et septembre», commente Dominique Gosselin, porte-parole du MTQ en Estrie. 

«Le chantier sur l’autoroute 10 Ouest était divisé en trois phases, soit à la hauteur de la route 220, puis entre la route 220 et le chemin Saint-Roch et entre le chemin Saint-Roch et le kilomètre 132, sur une distance d’environ 1,2 kilomètre. Les travaux cette année consistent à réaliser la phase 3, et donc à compléter le chantier.»

Le MTQ prévoit des ralentissements, mais espère que les effets seront limités. «Puisqu'il n'y a qu'une seule voie par direction et que les entraves sont maintenues en tout temps durant la semaine, il n'est pas exclu que des ralentissements soient observés particulièrement durant les heures de pointe», ajoute Mme Gosselin.

«L'année dernière, la circulation était moins fluide à certains moments durant le chantier. Dans le contexte actuel, ne sachant pas si la circulation est tout à fait revenue à la normale, c'est un peu plus difficile à évaluer.»