Les banderoles ont été installées en 2015.

Travaux à l’hôtel de ville : les affiches de Raïf Badawi seront remplacées

Des travaux près de l’entrée principale de l’hôtel de ville de Sherbrooke obligeront le retrait des affiches de soutien à l’endroit de Raif Badawi. Pour le maire Steve Lussier, il ne s’agit pas d’un désaveu, bien au contraire. Prochainement, le nom de M. Badawi devrait se faire voir aux quatre coins de la ville.

« Nous allons mettre des images sur les panneaux lumineux, explique Steve Lussier. On ne s’en rend pas compte, mais on peut faire passer beaucoup de messages sur ces panneaux. Évidemment, je vais mettre autre chose sur l’hôtel de ville. Je vais rencontrer Ensaf Haidar (ndlr: l’épouse de Raif Badawi) lundi après-midi pour lui présenter ce qui va être fait. »

M. Lussier a décidé d’attendre le plus possible avant d’enlever ces bannières. « J’aurais pu les enlever avant, mais j’ai attendu. Ça va libérer les trois escaliers au complet. La nouvelle méthode sera aussi bonne, ou même meilleure. Il n’y a personne de fâché. On comprenait l’impact que ça avait à l’international. Je suis allé dans l’ordre, j’ai pris mon temps pour le faire », affirme-t-il.

Les pancartes pesant une centaine de livres chacune seront retirées d’ici deux semaines, au moment où les travaux de réfection mineurs débuteront.

L’agente de développement régional chez Amnistie internationale, Mireille Elchacar, n’est pas amère quant au retrait de ces bannières. « C’est un peu dommage, car la symbolique de les garder jusqu’à ce qu’on accueille Raif en personne était belle. J’espère qu’ils vont trouver un autre moyen d’afficher le soutien de la Ville de Sherbrooke à Raif. »

Les vigiles déménagent

Amnistie internationale souligne aussi qu’avec les spectacles et les festivals sur la rue Wellington, les vigiles pour Raif Badawi se tiendront plutôt devant le palais de justice jusqu’au 1er août.