Les syndiqués du transport scolaire des Autobus des Cantons sont en grève depuis mercredi dernier.

Transport scolaire : Sogesco convoque le syndicat

On ne peut crier victoire trop vite, mais reste qu’on peut voir une lueur d’espoir dans le conflit du transport scolaire à Sherbrooke.

La CSN a annulé une manifestation prévue pour mercredi à Drummondville devant les installations des Autobus des Cantons dont les syndiqués sont en grève. Les hauts dirigeants de Sogesco, entreprise exploitant ce transporteur scolaire à Sherbrooke, ont demandé une rencontre entre les parties.

À lire aussi: Transport scolaire : les yeux sont tournés vers Sogesco

Le retour à la table de négociation est donc prévu à 13 h, indique le syndicat dans une dépêche diffusée mardi après-midi.

Selon Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie – CSN, on ne peut présumer des intentions de la partie patronale, mais ce geste demeure positif.

« Nous sommes contents, lance-t-il. Nous le disons depuis le début : pour arriver à une entente, il faut être à la table de négociation. »

« Nous en serons à la sixième et dernière journée de grève des chauffeurs. »

Rappelons que la compagnie Sogesco de Drummondville n’a pas encore conclu d’entente avec ses syndiqués à l’emploi du transport scolaire Autobus des Cantons. La CSN déplorait depuis le début du conflit de ne pas avoir eu de contact avec Sogesco alors que les autres employeurs ont conclu des ententes avec leurs syndiqués.

Mardi matin, on apprenait que le conflit de travail dans le transport scolaire allait se transporter à Drummondville, mercredi, l’occasion de la sixième journée de grève du Syndicat des travailleuses et travailleurs du transport scolaire des Autobus des Cantons.

La CSN annonçait que les syndiqués avaient décidé de se rendre devant les bureaux du siège social de l’entreprise. Une conférence de presse était prévue.

Même si les autres syndicats ont conclu des ententes avec leurs employeurs, on a dû annuler le transport par autobus jaunes à la CSRS, car des élèves doivent prendre place à bord de véhicules exploités par divers transporteurs.

M. Beaudin rappelle que les syndiqués ont voté en faveur de la tenue de six autres jours de grève en mai. « Nous ne voulons pas être dans l’obligation de les exercer », assure-t-il.

Vendredi dernier, lors d’une rencontre de négociation devant un conciliateur, la compagnie Transdev en est arrivée à un accord avec les syndicats des entreprises Autobus de l’Estrie et Autobus la Sapinière.

Remboursement

Par ailleurs, du côté de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), on ne prévoit pas réclamer des sommes aux transporteurs n’ayant pas pu offrir le service au cours des derniers jours. On ne pense pas non plus rembourser les parents qui ont dû payer des transports pour leurs enfants, soit par taxi ou par autobus de la STS.

Aux communications de la CSRS, on fait remarquer que la grève du transport scolaire touche ou touchera plusieurs commissions scolaires au Québec d’ici la fin de l’année scolaire. « Il est donc prématuré de répondre à ses questions avant qu’un bilan complet soit réalisé à l’interne et avec l’ensemble du réseau », signale-t-on.

Toutefois, habituellement, « lorsqu’un service public ou parapublic est soumis à un processus de négociation impliquant une grève légale, aucune compensation ou aucun remboursement n’est prévu. Seuls les services à tarification journalière sont sans frais lorsque le service n’est pas disponible ».