Toutes les sociétés de transport du Québec, y compris la Société de transport de Sherbrooke (STS), ont reçu cette semaine les nouvelles normes sanitaires émises par la CNESST dans le contexte de la COVID-19.
Toutes les sociétés de transport du Québec, y compris la Société de transport de Sherbrooke (STS), ont reçu cette semaine les nouvelles normes sanitaires émises par la CNESST dans le contexte de la COVID-19.

Transport collectif : les nouvelles mesures s’implantent

Les usagers du transport en commun devront s’y habituer : la distanciation physique et le paiement sans contact feront désormais partie des comportements à acquérir lorsque viendra le temps de prendre le transport collectif.

Toutes les sociétés de transport du Québec, y compris la Société de transport de Sherbrooke (STS), ont reçu cette semaine les nouvelles normes sanitaires émises par la CNESST dans le contexte de la COVID-19.

Ainsi, on note que des barrières physiques ont été installées entre les postes de travail situés à moins de 2 mètres l’un de l’autre et entre le conducteur et la clientèle.

Dans les autobus, sauf dans les autobus utilisés pour le transport adapté, lorsque la barrière physique n’est pas installée au poste du conducteur, les premiers bancs sont condamnés et la clientèle entre par la porte arrière, lorsque c’est possible.

Dans les véhicules où il est impossible de respecter une distance de 2 mètres ou d’installer une barrière, ceux-ci devront être munis d’équipement de protections individuelles telles que des masques, des lunettes de protection ou visière.

Les transactions aux bornes et le paiement sans contact seront privilégiés comme modes de paiement pour éviter que les clients touchent les terminaux.

Si les clients et clientes paient avec de l’argent comptant, les guichetiers et les conducteurs devront se désinfecter les mains avant de toucher leur visage ou d’autres surfaces, avec un nettoyant sans rinçage (solution hydro alcoolique à 60 %).

Dans le cas du transport adapté, les conducteurs devront porter une protection respiratoire et oculaire lors de leurs interactions avec les usagers.

Ces nouvelles mesures seront valides jusqu’à ce que la santé publique déclare la fin de la crise sanitaire.