Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a procédé à l’arrêt du transfert d’usagers entre ses différents centres depuis le 10 avril. Cependant, des lits de débordement ont été aménagés dans plusieurs CHSLD du territoire.
Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a procédé à l’arrêt du transfert d’usagers entre ses différents centres depuis le 10 avril. Cependant, des lits de débordement ont été aménagés dans plusieurs CHSLD du territoire.

Transferts suspendus dans les hôpitaux

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a procédé à l’arrêt du transfert d’usagers entre ses différents centres depuis le 10 avril. Cependant, des lits de débordement ont été aménagés dans plusieurs CHSLD du territoire.

« Les lits supplémentaires ne sont pas destinés à recevoir des usagers confirmés COVID-19, mais plutôt des usagers avec un profil CHSLD, c’est-à-dire des personnes qui auraient besoin d’une assistance et de soins spécialisés », précise l’organisation dans un échange de courriels avec La Tribune. 

« Pour le moment, ces ajouts de lits sont faits de façon préventive pour répondre à d’éventuels besoins, mais ne sont pas utilisés », affirme le CIUSSS, ajoutant que le transfert d’usagers a temporairement été suspendu depuis le 10 avril « le temps d’évaluer la trajectoire de soins et de services la plus sécuritaire pour chacun des usagers en besoin d’hébergement ».

En temps normal, des transferts de courte durée sont effectués tous les jours des hôpitaux vers d’autres milieux d’hébergement « à la suite d’un épisode de soins actifs, puisque certaines personnes ne peuvent plus retourner à leur domicile en raison de leur condition de santé ».

Ces transferts sont suspendus pour réduire les risques de contamination dans les milieux où résident des personnes à risque. « Plutôt que d’être redirigées dans un CHSLD, une ressource intermédiaire ou une ressource de type familial, ces personnes demeurent donc hospitalisées même après leur épisode de soins actifs », résume le CIUSSS.