Rappelons que le projet de train de passagers reliant Montréal et Sherbrooke, porté par l’homme d’affaires François Rebello avec sa compagnie Train-Hôtel inc., est toujours en attente de financement.

Train vers Montréal, une «bonne idée» selon Couillard

Dans l’optique où le gouvernement provincial souhaite aider les entreprises des régions à attirer la main-d’œuvre dont elles ont besoin, un train de passagers reliant Montréal et Sherbrooke serait-il bénéfique?

« C’est un intéressant projet structurant. Mes collègues m’en ont parlé, je sais que ça éveille de l’intérêt », a réagi le premier ministre Philippe Couillard lorsqu’interrogé à ce sujet vendredi.

Celui-ci s’est toutefois montré prudent quant à un éventuel engagement du gouvernement provincial en la matière. « Nous, on est intéressés à regarder ça. Ce n’est pas demain qu’on va annoncer ça, il y a des analyses à faire : Quelle sera l’entreprise? Quel sera l’exploitant? Quelles seront les infrastructures? Bon, tout ça, il faut le faire, c’est normal, mais si vous me demandez "Est-ce que c’est une bonne idée de faire un lien ferroviaire Sherbrooke-Montréal régulier?", oui, c’est une bonne idée, ça va nous aider et vous aider ici à plusieurs égards », a dit M. Couillard.

Il a réitéré le point de vue de multiples autres politiciens qui croient qu’il ne faut pas aller de l’avant de façon prématurée avec ce projet. « Ça fait partie d’une gamme de projets très intéressants qu’on va vouloir regarder et certainement aider pour des études qu’il faut faire [...], mais sans brûler les étapes. Il n’y a rien de pire pour tuer un projet que d’avancer trop rapidement et de tourner les coins ronds et de ne pas faire les études et les évaluations nécessaires. »

Toujours en attente de financement

Rappelons que le projet de train de passagers reliant Montréal et Sherbrooke, porté par l’homme d’affaires François Rebello avec sa compagnie Train-Hôtel inc., est toujours en attente de financement.
Les seules municipalités qui se sont engagées officiellement à mettre de l’argent dans cette affaire sont Bromont (1 M$) et Farnham (environ 465 000 $).

Le budget global du projet présenté par M. Rebello est estimé à environ 90 M$. Dans son montage financier, 38 M$ proviendraient de fonds privés, dont 25 M$ du propriétaire du chemin de fer. L’ensemble des villes serait appelé à injecter 8 M$, tandis que les 44 M$ manquants sont attendus des deux paliers de gouvernements, soit 18 M$ de Québec et 26 M$ d’Ottawa.

Selon les échéanciers dont dispose M. Rebello, le train pourrait accueillir ses premiers passagers à l’automne 2019. Ce sont 2050 déplacements quotidiens qui sont envisagés à maturité du programme.