La conseillère Évelyne Beaudin et le député de Sherbrooke Pierre-Luc Dusseault tiendront une soirée de discussion publique le 10 avril autour du projet de train de passagers entre Montréal et Sherbrooke. —

Train Montréal-Sherbrooke : Beaudin et Dusseault consultent

La conseillère Évelyne Beaudin et le député de Sherbrooke Pierre-Luc Dusseault s’allient pour organiser une soirée de discussion portant sur le projet de train de passagers entre Montréal et Sherbrooke. Ils espèrent contribuer à dissiper le flou entourant les orientations locales envers le projet. L’objectif : recueillir les commentaires ou les propositions des citoyens.

L’événement, une bière politique, selon les termes utilisés par Mme Beaudin, se tiendra au Siboire Jacques-Cartier le 10 avril à 19 h

« Nous arriverons documentés, mais ce n’est pas une soirée d’information. Nous ne serons pas là pour répondre aux questions. Nous ne sommes pas des experts du sujet. Nous ne voulons pas entrer dans la dynamique d’acceptabilité sociale. C’est plutôt de définir ce que nous voulons comme transport interurbain », dit Mme Beaudin.

« Depuis l’élection, le dossier du train est une espèce de no man’s land. On n’en parle pas vraiment. J’ai posé des questions et je n’ai pas eu de réponses. Nous n’avons pas de positionnement comme conseil municipal. Le maire ne s’est pas positionné non plus. Pour l’instant, il n’y a pas de leadership. J’ai l’impression que c’est un dossier qui mourra au feuilleton si on ne fait rien. Dans ce dossier-là comme dans d’autres, le maire est dans une logique d’attente alors que tout le monde attend après lui pour savoir ce qui se passe. C’est un dossier typique dans lequel il manque de leadership. »

À la fin février, le maire Steve Lussier, qui est actuellement en vacances, indiquait que le dossier ne ferait pas l’objet de débat au conseil à court terme et qu’il était dans l’attente d’échos de la part de Montréal.

« Nous ne sommes pas prêts à élaborer un plan pour amener un train parce qu’on ne sait pas ce que la population et les élus veulent. J’ai besoin de savoir si la population veut que quelqu’un prenne le leadership dans ce dossier. »

Sondage

Sherbrooke Citoyen avait déjà fait un sondage sur sa page Facebook au sujet du train de passagers. Les réponses étaient non seulement nombreuses, mais surtout positives selon Évelyne Beaudin.

Le constat est semblable pour le député Pierre-Luc Dusseault. « J’avais fait une première consultation par la poste en envoyant 50 000 dépliants. J’ai reçu quelques centaines de réponses, ce qui est énorme. La majorité des réponses étaient positives. J’avais rencontré Évelyne pour discuter de plusieurs sujets, comme je le fais avec d’autres élus, et nous avons décidé d’unir nos forces. Je cherche à confirmer un intérêt de la population pour le projet. Je ne porterai pas un projet dont la population ne veut pas. »

Selon M. Dusseault, l’évolution du dossier n’est « pas nécessairement assez rapide ». « Au fédéral, nous ne pouvons pas envoyer de l’argent pour des dossiers qui ne sont pas encore pleinement supportés par les acteurs locaux. Il pourrait y avoir des engagements un peu plus fermes des paliers de gouvernement en Estrie. »

Le président du Centre de mobilité durable de Sherbrooke, Marc Denault, assistait justement à une présentation du promoteur François Rebello jeudi. « Nous étions avec nos partenaires, entre autres l’Université de Sherbrooke, le Cégep de Sherbrooke, le CHUS et Sherbrooke, ville en santé. Il y aura une analyse plus profonde à faire, probablement dans quatre semaines. »

M. Denault estime que plusieurs intervenants, dont le conseil municipal, devront se prononcer. « Pour un échéancier, je vais attendre le retour du maire, mais le dossier chemine. Dans l’ancien conseil, j’avais rarement vu un projet qui suscitait autant l’unanimité. »

Marc Denault ne compte pas participer à la soirée de Mme Beaudin et M. Dusseault. « Mme Beaudin nous fera sûrement un résumé des interventions au conseil d’administration de la STS. »

Cette « bière politique » est prévue le même soir qu’une séance d’information à l’hôtel de ville portant sur l’agrile du frêne.