Tragédie de Québec : des drapeaux mis en berne

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
La Ville de Sherbrooke exprime son soutien à la communauté de Québec, à la suite des tristes événements de la fin de semaine. Les drapeaux devant l’hôtel de ville ont été mis en berne.

Ce geste se veut un gage de soutien à l’endroit des proches et des familles éprouvés par cette tragédie.

« Au nom du conseil municipal ainsi que des citoyennes et citoyens de Sherbrooke, je tiens à offrir mes plus sincères sympathies aux familles éprouvées », exprime Steve Lussier, maire de Sherbrooke, à l’intention de son homologue de la Ville de Québec, Régis Labeaume. 

« Tout le Québec est bouleversé par ce drame incompréhensible. Monsieur Labeaume, soyez assuré que Sherbrooke est à vos côtés dans cette épreuve. »

Victoriaville

Du côté de Victoriaville, on a aussi imité le geste de la Ville de Québec qui a mis ses drapeaux en berne.

Le maire de Victoriaville, André Bellavance, a demandé de placer les drapeaux en berne à la suite de l’attaque survenue dans le Vieux-Québec. 

Ce geste vise à exprimer la solidarité des membres du Conseil municipal, des employés municipaux et de l’ensemble de la population victoriavilloise à la suite de l’attaque ayant fait deux décès et cinq blessés. 

« On ne peut rester insensible face à de tels gestes. Il nous revient de condamner ces actes de violence. Nos pensées vont vers les gens de Québec et pour l’ensemble des personnes éprouvées par cette attaque à qui nous souhaitons offrir notre soutien. Par la mise en berne de nos drapeaux, Victoriaville tient à exprimer sa solidarité pour faire cesser de tels gestes de violence », souligne M. Bellavance.

Ces mises en berne des drapeaux surviennent à la suite d’une série d’actes de violence survenus dans les rues du Vieux-Québec dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 2020.

Le geste symbolique a aussi été posé à Drummondville.