François Legault était de passage en Estrie mercredi pour rencontrer le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny.

«Tous les comtés sont prenables en Estrie», dit Legault

L'Estrie sera une cible prioritaire pour la Coalition Avenir Québec (CAQ) en vue des prochaines élections provinciales. C'est ce qu'a confirmé son chef François Legault mercredi de passage à Sherbrooke pour rencontrer le maire Bernard Sévigny dans le cadre d'une tournée provinciale.
François Legault a rappelé que la CAQ chauffe les libéraux dans les cinq comtés en Estrie.
« Ça s'annonce pour être une lutte à deux entre le Parti libéral et la CAQ, mentionne-t-il. Et il n'y a que quelques points de différences dans les cinq comptés. Vous allez me voir souvent en Estrie dans les prochains mois. »
Aucune décision n'a encore été prise quant aux candidats qui défendront les couleurs de la CAQ en Estrie lors des prochaines élections, mais François Legault assure qu'il s'agira de cinq candidats locaux.
Le chef du parti a également abordé le dossier de la ligne ferroviaire vers Montréal et de l'aéroport de Sherbrooke
« Les transports de passagers et de marchandise sont primordiaux pour le développement économique de Sherbrooke, estime-t-il. La région a besoin d'un meilleur service par train, mais aussi par avion. C'est un dossier que je connais bien, j'en ai parlé plusieurs fois avec Bernard Sévigny à savoir si l'aéroport ne pourrait pas être desservi par Air Canada à des tarifs abordables. »
« Malheureusement lorsqu'on parle de transport de marchandises, le Québec est le champion du camion. », poursuit-il.
« En Estrie le chômage est bas, mais les salaires sont de 9 % inférieurs au reste de la province, résume M. Legault. Et pour égaliser cela, il faut un développement ferroviaire de qualité. Il y a déjà de beaux projets à Sherbrooke, mais il faudrait les multiplier par 10 pour que les emplois payants s'accumulent et qu'on élimine cet écart de salaire. »
Plus de transparence dans le dossier Ubisoft
François Legault a également profité de l'occasion pour dénoncer le manque de transparence selon lui du gouvernement libéral dans le dossier Ubisoft, qui ouvrira un nouveau studio à Saguenay.
« C'est le même gouvernement qui a injecté 600 millions de dollars dans une cimenterie en Gaspésie pour 200 emplois. Ça équivaut à 3 millions de dollars par emploi. J'aimerais donc savoir, si on additionne les subventions et les crédits d'impôt, combien ça coûte par emploi créé par Ubisoft. Si le coût est raisonnable, il n'y a pas de problème, mais si le coût par emploi est élevé, ce n'est pas acceptable. J'aimerais une plus grande transparence du gouvernement libéral. »