Taxis Sherbrooke ferme sa centrale de répartition sans préavis

Le centre de répartition des appels de Taxis Sherbrooke a fermé ses portes dimanche soir. « Les employés ont été avisés par téléphone dans l’après-midi de venir chercher leurs effets personnels parce qu’ils n’avaient plus de job, sans aucun autre préavis. En 33 ans de travail dans le monde syndical, je n’ai jamais rien vu d’aussi cavalier que ça », se désole le conseiller syndical Denis Vigneault de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD).

Près d’une dizaine de personnes perdent leur emploi. Les appels sont désormais pris par une centrale d’appels d’Ottawa.

La rumeur courait depuis quelques mois que la centrale de répartition pourrait être transférée en sous-traitance, et les nombreuses demandes de rencontres de la part du syndicat sont restées sans réponse au cours des mois.

« On ne croyait jamais que ça se ferait parce que les répartiteurs travaillent en collaboration avec les chauffeurs pour réussir à offrir un bon service dans les périodes de pointe. Il faut que les répartiteurs connaissent le territoire », ajoute M. Vigneault.

Les employés se rencontreront lundi soir en assemblée générale spéciale pour voir ce qu’ils feront comme moyens de pression. Parmi les moyens qui pourraient être utilisés pour contester la décision de l’entreprise, il y a le boycott des pourboires aux chauffeurs de taxi.