Sykes ferme ses bureaux: 250 employés travailleront de la maison

Sykes fermera son centre d'appels de Sherbrooke le 31 mai et proposera à l'ensemble de ses quelque 250 salariés de poursuivre leur emploi de la maison.

« Il s'agit d'une tendance mondiale dans le domaine où nous évoluons. Il faut surtout retenir que tous les agents au service à la clientèle conservent leur emploi avec les mêmes conditions salariales et les mêmes avantages sociaux », explique Éric Croteau, directeur régional des ressources humaines de l'entreprise, qui compte 40 000 employés dans le monde.

Le centre d'appels de la rue Courcelette à Sherbrooke est le seul point de service physique au Québec. Déjà une cinquantaine d'employés de Sykes travaillent de la maison au Québec, précise le directeur des ressources humaines.

« C'est une transition. L'entreprise demeure en croissance et en mode recrutement de personnel. Si quelques postes administratifs sont abolis, l'entreprise offrira aux employés les occupant de poursuivre avec elle dans une autre fonction », note M. Croteau, ajoutant que le travail à la maison vient avec certains avantages.

« Les employés pourront déduire dans leurs impôts une portion de leurs dépenses, ils n'auront pas de dépense de transport et leur horaire sera plus flexible, par exemple pour ceux qui ont des enfants. Aussi, on fournit tout l'équipement. Et si certains craignent l'isolement, ce n'est pas le cas. Les employés sont en constante communication virtuellement », souligne M. Croteau.

L'annonce de cette décision a été communiquée aux 250 employés le 7 mars et aucune « répercussion hors de l'ordinaire » n'a été observée depuis.

« On a toujours un taux de roulement, mais ceux qui sont partis seraient partis même si on n'avait pas annoncé la transformation des activités », assure le directeur régional des ressources humaines.