Les policiers seront très présents dans les zones scolaires au cours des prochaines semaines. La Ville compte aussi poursuivre son projet-pilote dans lequel elle avait peint des lignes brisées devant les écoles primaires.
Les policiers seront très présents dans les zones scolaires au cours des prochaines semaines. La Ville compte aussi poursuivre son projet-pilote dans lequel elle avait peint des lignes brisées devant les écoles primaires.

Surveillance et projet-pilote en zones scolaires

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
La présence policière sera plus importante autour des écoles dans les prochaines semaines en raison de la rentrée scolaire. La Ville profitera de l’occasion pour conclure sa collecte de données devant les écoles primaires où des projets-pilotes avaient cours pour réduire la vitesse des automobilistes.

Lors du bilan des travaux routiers en cours lundi, la porte-parole du Service de police de Sherbrooke (SPS), Isabelle Gendron, a confirmé la présence accrue des policiers près des établissements scolaires. « Nous demanderons la collaboration des automobilistes et de la population en général. Nous savons qu’il y a une problématique avec le transport scolaire, donc plusieurs parents iront porter leur enfant à l’école. En conséquence, il y aura plus de véhicules autour des écoles. Nous ferons tout pour que la rentrée se déroule bien », dit Mme Gendron. 

La porte-parole du SPS a rappelé que les amendes sont doublées pour la vitesse dans les zones scolaires. Les policiers porteront une attention au respect des consignes des brigadiers, au respect de la signalisation et au respect des zones de stationnement interdit.

Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke, a par ailleurs confirmé que le projet-pilote amorcé l’an dernier près de sept écoles primaires se poursuivrait pendant la rentrée. On avait entre autres peint des lignes brisées en bordure de rue, grossi les panneaux de limites de vitesse et ajouté des radars pédagogiques pour inciter les automobilistes à ralentir. 

« Nous devions faire des mesures à la fin de l’année scolaire. Nous les reprendrons donc cet automne et nous nous présenterons devant les élus avec les résultats vers la mi-octobre. Ensuite, nous ferons une recommandation pour prolonger le projet et l’étendre pour faire d’autres tests. Les premiers sons de cloche que nous avons nous démontrent que ce n’est pas aussi concluant que nous pensions. Il nous faudra aussi des autorisations du ministère des Transports pour faire d’autres tests. »

Retards dans les travaux

À l’heure actuelle, six chantiers présentent des problèmes qui pourraient entraîner leur report à l’an prochain. « Nous espérons être en mesure de livrer tous les chantiers. Tout ce qui est de notre pouvoir, nous le livrerons. Si nous devons attendre des certificats d’autorisation ou si les résultats d’appel d’offres sortent plus haut que prévu, alors que les carnets des entrepreneurs sont pleins, il est possible que nous devions reporter des chantiers. »

La Ville expliquait par ailleurs la semaine dernière que les sous-traitants disposent de dix jours, une fois les travaux de la Ville terminés, pour se pointer sur un chantier où ils doivent réaliser du pavage. À ce jour, cette règle a été respectée pour tous les chantiers.

« Plusieurs chantiers sont réalisés par des équipes à l’interne. Quand elles n’ont pas terminé sur un chantier, ça peut entraîner un retard sur les suivants. Il faut savoir que les employés de la Ville travaillent aussi l’hiver au déneigement. Comme ils ne peuvent pas prendre de congé l’hiver, ils prennent trois semaines l’été, ce qui peut donner l’impression que des chantiers sont arrêtés longtemps. »

Mme Gravel assure que la Ville cherche à s’améliorer, entre autres en ayant des équipes qui pourraient prendre moins de vacances l’été ou en donnant des contrats en sous-traitance pour le béton. »

Grandes-Fourches

La Ville a par ailleurs terminé la démolition de l’ancien bâtiment de Bingo Abénaquis et compte procéder à la décontamination du site plus tard cet automne. La décontamination des approches du futur pont devrait s’amorcer sous peu. « Nous suivons toujours les échéanciers. Ça avance bien. On devrait me présenter très prochainement le design du pont. »

Rappelons que la Ville avait choisi d’abandonner les haubans sur le futur pont des Grandes-Fourches pour réduire les coûts de construction.

« Nous gardons les échéanciers serrés. »

Nouveaux chantiers

À noter que quatre nouveaux chantiers routiers s’amorcent cette semaine. Il s’agit de la reconstruction d’un ponceau sur la rue Fredette, du prolongement des rues de la Ferme, Lacharité et de la Laiterie de la reconstruction de la rue Johnson de Saint-François Sud à Bowen Sud, et du resurfaçage de la rue Queen-Victoria, entre le chemin des Écossais et la rue Claude-Greffard.

Les travaux sur la rue King Ouest se déplacent entre la rue Farwell et la rue Wyatt.

Fontaines dans les parcs

Concernant la présence de plomb dans l’eau des fontaines de certains parcs, la Ville poursuit ses recherches. « Nous sommes à la recherche des sources de plomb, confirme Mme Gravel. On sait que ça vient des installations qui acheminent l’eau ou des fontaines elles-mêmes. Chaque endroit est différent. Nous faisons nos recherches. »