L’Estrie compte maintenant une quinzaine d’éclosions en milieux de travail.
L’Estrie compte maintenant une quinzaine d’éclosions en milieux de travail.

Surveillance accrue dans les entreprises

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
L’Estrie compte maintenant une quinzaine d’éclosions en milieux de travail. La plupart d’entre elles sont plutôt petites avec moins de cinq personnes atteintes. Mais certaines ont touché un plus grand nombre de personnes, comme ce fut le cas la fin de semaine dernière dans la MRC des Sources avec une entreprise agricole où 15 personnes ont été infectées par la COVID-19, ou encore avec une éclosion dans une entreprise du secteur alimentaire de la même MRC qui a touché 12 personnes.

Au total au Québec, un peu plus de 40 % des éclosions en cours sont en lien avec les milieux de travail. « La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a augmenté dès vendredi ses actions sur le terrain et mènera des interventions intensives à la grandeur de la province pour lutter contre la propagation de la COVID-19 », a-t-on indiqué vendredi du côté de cette organisation qui se consacre notamment à aider les entreprises à s’adapter aux nouvelles normes liées à la COVID-19.

La commande avait été passée plus tôt par le directeur national de la Santé publique, le Dr Horacio Arruda. « Tous les milieux de travail devront renforcer leurs mesures. En milieu de travail, sur l’heure du lunch, avant le milieu de travail, après le milieu de travail, c’est très facile de revenir à moins de deux mètres. Je pense qu’elle est là, la solution. Une société qui serait à deux mètres tout le temps, c’est comme si elle était presque confinée, et ça veut dire qu’on pourrait fonctionner normalement. Mais on sait que la nature fait que ce n’est pas ça qui arrive, d’où l’importance de sensibiliser, de répéter, de répéter la même chose. Deux mètres, masque, lavage, diminution des contacts, ce sont les messages clés », a expliqué le Dr Horacio Arruda.

En ce moment, les éclosions en milieu de travail représentent environ 40 % des éclosions au Québec. « Toutefois, leur nombre est plus petit en termes de génération de cas. Mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas intervenir. On va intervenir. D’ailleurs, ce matin [jeudi], j’étais au C.A. de la CNESST pour leur dire qu’on va refaire une grande opération, je vous dirais, de resensibilisation et, si nécessaire, d’intervention coercitive avec les pouvoirs des inspecteurs dans les milieux qui ne respecteraient pas les mesures », a signalé jeudi le directeur national de la Santé publique.

Le premier ministre François Legault a aussi insisté sur l’importance de favoriser le télétravail autant que possible.

Entre le 13 mars et le 17 octobre, les inspecteurs ont réalisé plus de 12 277 interventions relativement à la COVID-19, notamment à la suite de 3375 plaintes et de 37 droits de refus de travail conformément à la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST).