Malgré une nuit de sommeil écourtée, le nouveau maire de Sherbrooke Steve Lussier a enchaîné les entrevues et distribué des poignées de main, lundi, dans un restaurant Saint-Hubert. Il doit rencontrer ce matin le maire sortant Bernard Sévigny pour amorcer la période de transition.

Steve Lussier promet d'être transparent

Ayant peu dormi, encore fébrile, le nouveau maire Steve Lussier enchaînait les entrevues et les engagements lundi. Dans un restaurant Saint-Hubert, entre deux poignées de main à des citoyens qui avaient déjà des suggestions pour la nouvelle administration, M. Lussier s’est engagé à travailler avec tous les conseillers élus, à analyser chaque dossier important, comme Well inc. et l’aéroport, avant de prendre une décision finale, et à faire preuve d’une grande transparence.

« Steve Lussier égale transparence. Quand tu tiens les gens au courant d’où tu es rendu dans les dossiers, ils sont contents, parce qu’ils savent que tu as travaillé. Je vais m’expliquer aux gens. Probablement que les médias me verront souvent », lance-t-il.

Lire aussi: Steve Lussier arrache la mairie

Les vétérans réélus donnent la chance au coureur

Rouleau prêt à aider Lussier

Celui qui a remporté la mairie avec près de 6000 voix de majorité doit rencontrer le maire sortant, Bernard Sévigny, mardi matin pour commencer la transition. « Je vais prendre les rênes en partie à partir de mardi. J’ai bien hâte! »

Rapidement, Steve Lussier a commencé à s’entretenir avec les membres de son conseil, notamment les membres de partis qui ont obtenu un siège. Vincent Boutin, Danielle Berthold et Évelyne Beaudin ont tous pu échanger avec le maire élu lundi. « Je voulais les rassurer rapidement pour leur dire que je vais travailler avec eux. Je veux aussi savoir s’il y a des dossiers dans lesquels ils se sentent plus à l’aise. »

S’il ne fera aucune discrimination sur l’appartenance à un parti, le maire désigné avance même qu’il pourrait piger dans le programme du Renouveau sherbrookois et de Sherbrooke Citoyen. « Il y avait de bonnes idées dans ce qu’ils proposaient. L’important, c’est que le citoyen en sorte gagnant. Je suis une personne d’harmonie. »

M. Lussier ne veut pas se prononcer sur la composition de son comité exécutif, mais convient qu’il voudra un mélange d’expérience et de nouveauté. « Je veux les deux. »

Il rapporte qu’il n’avait aucune entente avec Annie Godbout, candidate indépendante qui a longtemps lorgné la mairie avant de choisir de se présenter dans Rock Forest. Il n’était pas question, selon Steve Lussier, de négocier pour avoir le champ libre. « On s’était rencontré, mais je ne lui ai pas demandé de se tasser. C’est une personne qui sera proche de moi, en qui je crois beaucoup. Elle a beaucoup d’expérience. »

Carnet d'adresses

Concernant ses promesses et ses déclarations de campagne, M. Lussier convient s’être mal exprimé quand il parlait d’offrir à des musiciens de se produire dans des centres commerciaux. « C’est sorti tout seul. Les gens impliqués savent qu’on s’en va vers quelque chose de plus structuré. »

L’évocation de son carnet d’adresses pour amener de la prospérité à Sherbrooke avait fait sursauter la chef de Sherbrooke Citoyen, Hélène Pigot. « Quand on dit ça, c’est d’amener de nouvelles sources de revenus à la Ville. Je ne pense pas que les gens vont m’en vouloir de me servir de certains contacts qu’on a à l’extérieur de la Ville pour les amener dans notre ville. Je viens d’un milieu bancaire, où on a suffisamment de ressources pour en amener dans de nouveaux revenus de la ville. Je veux une ville attractive. »

Vendre le Centre de foires? « Oui, mais en attendant, il faut le rendre actif. Je rencontrerai Destination Sherbrooke à ce sujet-là la semaine prochaine. On va travailler avec eux à 100 %. »

Déplacer ou pas le pont des Grandes-Fourches? « On n’a pas les moyens de le déplacer. On dresse une ligne directrice. Tout ce qui est en bas de la ligne, qu’on n’a pas les moyens de faire, on ne le fait pas. Le gouvernement assumerait presque tous les coûts si on le laisse en place. Je veux voir les enjeux. Il faudrait un retour sur l’investissement assez solide pour déménager le pont. »

Enfin, Steve Lussier veut rencontrer les élus qui se sont retirés, question d’accélérer le traitement de certains dossiers. Il ne se montre pas favorable à une augmentation du salaire des élus et croit toujours qu’il n’y a aucune rentabilité, pour le moment, à offrir des vols commerciaux à l’aéroport de Sherbrooke.

Bernard Sévigny a décliné la demande d’entrevue de La Tribune lundi.