Steve Lussier a annoncé que Daniel Bergeron collaborera pour la transition des dossiers à l’hôtel de ville.

Steve Lussier présente ses excuses

Steve Lussier a présenté ses excuses à son ancien directeur de cabinet Daniel Bergeron dimanche matin lors d’un très court point de presse à l’hôtel de ville. Les deux hommes ont par la suite refusé de répondre aux questions des journalistes.

« J’ai réalisé que certains de mes propos ont eu une portée non désirée et ont créé un grand malentendu entre nous, admet Steve Lussier. Je tiens à préciser que M. Bergeron n’est pas un menteur comme j’ai pu le lire dans certains médias. Je comprends que cette situation l’a mis dans une position très désagréable et je tiens à m’en excuser publiquement à lui et à toute sa famille. »

Rappelons que le citoyen Pascal Cyr, ex-candidat dans le district de Desranleau, dénonçait la semaine dernière un texto provenant du directeur de cabinet, Daniel Bergeron, dans lequel il l’invitait à « pistonner » Évelyne Beaudin avec une question embarrassante à propos de sa demande de budget de 333 000 $. En soirée mardi, le maire Steve Lussier annonçait qu’il remplacerait son directeur de cabinet.

M. Bergeron affirmait que le texto était une commande du maire et disait disposer de preuves incontestables.

« J’ai fait exactement ce qu’on m’a demandé. C’était une action propre et simple. », avait-il alors déclaré.

Le maire niait avoir été mis au courant de cette initiative.

« Que je n’en vois pas un dire que ça vient de moi, sinon ça va aller mal. Ça ne marche pas. Ce qui se passe dans le cabinet se passe dans le cabinet. Je n’ai pas donné d’ordre. Ça vient me chercher. », avait-il indiqué jeudi dernier.

Transition

Steve Lussier a annoncé dimanche que Daniel Bergeron collaborera pour la transition des dossiers à l’hôtel de ville.

« J’en suis très fier », a-t-il résumé avant de donner la parole à Daniel Bergeron.

« La dernière semaine a été particulièrement difficile pour moi et mes enfants, explique M. Bergeron qui avait fait une tournée des médias mercredi dernier. C’est avec plaisir que j’accueille les excuses de M. Lussier. Je maintiens qu’il est un maire passionné, engagé et dévoué. 

Pour moi, la page est tournée et nous serons tous derrière lui pour l’appuyer dans son mandat. »

Une quarantaine de personnes, pour la plupart des supporteurs de Lussier durant sa campagne, étaient sur place pour le point de presse. Aucun conseiller municipal n’a été aperçu sur place. Toutes les personnes approchées par La Tribune ont refusé de commenter.

MM. Lussier et Bergeron ont refusé de répondre aux questions des journalistes présents. Aucune entrevue individuelle n’a été accordée.

La Ville de Sherbrooke confirme que les services juridiques et que le service des communications de la Ville n’ont pas été utilisés par M. Lussier ou M. Bergeron dans cette histoire.

L’invitation au point de presse a été signée par la firme Groupe Loyer avocats et le communiqué de presse remis aux médias a été écrit par le spécialiste en marketing et communication René Marchand.

« J’ai joué essentiellement un rôle de rédacteur, indique l’ancien journaliste. Ils ont fait appel à moi pour s’assurer que le message allait être bien livré. Le département des communications de la Ville ne pouvait pas s’immiscer dans le dossier puisque c’est très politique. Ils avaient besoin d’un consultant externe. »

« Toute la situation a pris une ampleur démesurée, il était temps qu’ils se parlent, poursuit celui qui a agi à titre de relationniste pour Steve Lussier durant la campagne électorale. Steve Lussier a vraiment à cœur de respecter le budget et l’argent demandé par Évelyne Beaudin a notamment pu amener ces émotions. »