Docteure en sémiologie, Stéphanie St-Amant, originaire de Sherbrooke, a repoussé les idées conventionnelles avec sa thèse portant notamment sur le concept de violence obstétricale.

Stéphanie St-Amant s'éteint à 42 ans

La chercheuse et consultante experte en périnatalité Stéphanie St-Amant s'est battue toute sa vie pour défendre l'humanisation de la naissance, la légalisation de la pratique sage-femme au Québec et la défense des droits des femmes et de leur autonomie décisionnelle durant la période périnatale. Elle est décédée samedi, à l'âge de 42 ans des suites d'une maladie. Ses recherches fondatrices ont pavé la voie aux Québec.
Docteure en sémiologie, Stéphanie St-Amant, originaire de Sherbrooke, a repoussé les idées conventionnelles avec sa thèse portant notamment sur le concept de violence obstétricale.
« Son travail est un incontournable, sa thèse est magistrale et en plus c'est à partir d'une approche (sémiologie) originale. C'est la seule qui a cette approche-là au Québec », confie Julie Ouellet, qui a découvert les travaux de Mme St-Amant à travers sa maîtrise en sociologie sur la pratique des sages-femmes et la pratique obstétricale au Québec.
En plus de son travail de consultante, Stéphanie St-Amant tenait une page Facebook sur laquelle elle partageait plusieurs études et informations sur le sujet et elle donnait aussi des conférences un peu partout au Québec. « J'ai assisté à une de ses conférences où le concept de violence obstétricale avait vraiment été mal reçu, mais elle avait gardé son sang-froid et tentait de faire comprendre son idée et la position de femme. Elle s'est toujours battue pour défendre son point et ce en quoi elle croyait », ajoute Mme Ouellet.
Héritage
Selon cette dernière, elle laissera en héritage un travail de référence et l'ouverture de la voie pour le respect de la femme en accouchement.
« Elle se battait pour que toutes les femmes puissent garder toutes les options ouvertes pour l'accouchement et essayer de faire de l'accouchement quelque chose qu'on peut célébrer au lieu que ce soit quelque chose qui doit être médicalisé », explique Julie Ouellet.
Le petit frère de Stéphanie St-Amant, l'artiste et scientifique Étienne St-Amant a tenu à lui rendre hommage sur sa page Facebook.
« Tu es une femme incroyable et admirée. Stéphanie d'intégrité, toujours cohérente avec ton savoir et tes valeurs. Seuls ceux qui t'ont rencontrée peuvent comprendre à quel point tu étais extraordinaire. [...] Je suis tellement fier d'avoir partagé chaque jour de mon enfance avec toi. Merci d'avoir forgé ton esprit avec moi. Tu m'as tellement propulsé. Tu m'as tellement aimé [...] ».