Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Stéphane Robidas
Stéphane Robidas

Stéphane Robidas succède à Félix Potvin

Jean-Guy Rancourt
Jean-Guy Rancourt
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Les Cantonniers de Magog n’ont pas prolongé le suspense inutilement. Ils ont fait de Stéphane Robidas, ancien défenseur qui a disputé près de 1000 rencontres dans la Ligue nationale et actuel directeur du développement des joueurs des Maple Leafs de Toronto, leur nouvel entraîneur en remplacement de Félix Potvin qui avait annoncé son départ plus tôt ce mois-ci.

Robidas devient le troisième ancien hockeyeur ayant connu une longue carrière dans la LNH à se retrouver derrière le banc des Cantonniers après Félix Potvin et Stephan Lebeau, ce dernier ayant été d’office lors des saisons 2006-2007 et 2007-2008.

Le 1er juillet, Robidas mettra fin à son association avec les Maple Leafs pour se consacrer à 100 pour cent à sa nouvelle fonction chez les Cantonniers. 

« Les Maple Leafs ont été très et bons et généreux avec moi. C’est avec eux que j’ai signé mon dernier contrat comme joueur et ils m’ont ensuite offert cette opportunité de voir au développement de leurs prospects. Ils comprennent le nouveau tournant que je prends et m’appuient. Je regarde donc vers le futur et j’ai très hâte de retourner dans cette grande famille des Cantonniers, une référence depuis longtemps dans le monde du hockey amateur au Québec », fait valoir Robidas.

C’est à Magog que la carrière de Robidas avait véritablement pris son envol alors qu’il avait porté les couleurs de Cantonniers en 1992-93 à l’âge de 15 ans. Les Cataractes de Shawinigan dans la LHJMQ lui avaient fait une place dans leur alignement à 16 ans. Robidas a laissé sa marque dans ces deux organisations qui ont plus tard retiré son chandail.

Loin de l’action

Stéphane Robidas adore son emploi chez les Maple Leafs, mais l’action près de la glace lui manquait terriblement. 

« Je me suis rendu compte de ça quand je suis allé sur le banc dans la East Coast Hockey League le temps de sept ou huit parties la saison dernière. Quand Félix Potvin a annoncé qu’il cédait son poste d’entraîneur avec les Cantonniers, j’ai eu un flash et je me suis mis à réfléchir si ce n’était pas mon opportunité. J’ai été deux nuits sans dormir et finalement j’ai décidé de me lancer. Je veux revivre le hockey au quotidien, être dans le vestiaire avec les joueurs, voyager avec eux, bâtir une équipe à partir du premier jour du précamp et m’assurer de leur progression », a mentionné le nouveau pilote des Cantos comme on les appelle à Magog et même en Estrie.

Robidas débarque à Magog alors que les Cantonniers nagent en pleine gloire avec trois présences en quatre ans en finale du circuit Lévesque et deux conquêtes de la coupe Jimmy-Ferrari en 2018 et 2019. Ils avaient aussi pris le premier rang du classement général en 2020, saison qui avait pris fin abruptement en plein milieu des séries. 

Stéphane Robidas avait été un témoin privilégié de la saison 2018-2019 des Cantonniers puisqu’il avait suivi son fils Justin qui était un des piliers de l’équipe. Ce dernier avait aussi été désigné le joueur par excellence de la Coupe Telus, championnat national midget AAA.

« Je connais très bien la réputation des Cantonniers et je suis au courant du travail remarquable effectué par Félix Potvin. J’ai de gros souliers à chausser, mais je rappelle que le premier devoir d’un entraîneur dans le midget AAA, c’est le développement du jeune. Je dois en faire de bons athlètes, de bons êtres humains, de bons étudiants. Et quand le jello prend, si vous me permettez l’expression, ça donne généralement une bonne équipe. Je ne ferai pas le boulot tout seul. Je suis un gars qui aime s’entourer. Mes adjoints (Toby Lafrance et Alex Carrier) auront leur mot à dire. Les entraîneurs dans la structure intégrée en Estrie sont aussi très importants. Le travail commence en bas âge », rappelle celui qui a consulté son fils Justin avant de dire oui au président des Cantonniers, Renaud Légaré.

« Quand j’en ai parlé à Justin, il était plus excité que moi. Il m’a dit que je ferais une erreur de ne pas sauter dans le train et que j’adorerais diriger des joueurs de 15 et 16 ans qui ont soif d’apprendre. Il n’a pas eu besoin d’en dire davantage », précise celui qui est toujours actionnaire du Phœnix de Sherbrooke.

Soulagement

Au deuxième étage, les dirigeants des Cantonniers ne cachaient pas leur satisfaction devant la tournure des événements. 

« Sans être un sosie de Félix, Stéphane commande aussi le respect. Il est calme, en contrôle. Il arrive avec ses couleurs, sa personnalité et on sait qu’il a adopté la philosophie de l’organisation depuis belle lurette », a souligné le président Renaud Légaré.

« Sa passion n’a pas de limite, de renchérir le gouverneur Christian Lord. C’est un pur produit de l’organisation. Il a fréquenté la même école que nos joueurs, la Ruche. Il a été joueur, parent. Sa candidature est arrivée du champ gauche. C’est une belle surprise pour nous. »

Une surprise et une nomination qui fait déjà l’unanimité dans le milieu.