Contenu commandité
St-Mathias-de-Bonneterre: la surprise météorologique
Actualités
St-Mathias-de-Bonneterre: la surprise météorologique
Toute une surprise météorologique pour la population de Saint-Mathias-de-Bonneterre en ce lundi après-midi.
Partager
Saint-Mathias-de-Bonneterre possiblement frappé par une tornade [VIDÉO] 

Actualités

Saint-Mathias-de-Bonneterre possiblement frappé par une tornade [VIDÉO] 

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
« Je ne sais pas comment ça s’appelle, mais je sais que ç’a frappé d’aplomb. »

Jacqueline Vachon-Desindes était dans sa résidence située au cœur du village lorsque le violent orage et les vents destructeurs, possiblement une tornade, ont frappé Saint-Mathias-de-Bonneterre lundi en fin d’après-midi.

« C’était gris et blanc. Je n’étais pas capable de sortir dehors tellement le vent était fort », signale cette conseillère municipale du Canton de Newport, dont Saint-Mathias-de-Bonneterre fait partie.

Pendant qu’Environnement Canada analyse le phénomène pour qualifier la rafale qui a balayé ce secteur du Haut-Saint-François situé près de la frontière américaine, les citoyens se serrent les coudes pour ramasser les dégâts.

Plusieurs centaines d’arbres, dont une portion d’érablière, ont été déracinés, alors que plusieurs résidences et dépendances ont été endommagées. 

Jean Mercier a eu la peur de sa vie en voyant le vent violent foncer vers sa propriété.

« Une fenêtre a été arrachée. Je pensais que la maison allait partir au vent. Le tourbillon est passé entre ma maison et l’écurie. J’ai vu mes arbres tomber. J’ai perdu de 400 à 500 érables, soit plus de 10 pour cent de mes entailles. C’est comme une main qui a tout jeté ça au sol. Des arbres qui ne rapporteront plus », se désole M. Mercier qui était déjà au boulot, mardi avant-midi, pour accomplir la colossale tâche de déblaiement des centaines d’arbres.

Ce dernier estime que le phénomène météorologique a causé des ravages sur environ trois à quatre kilomètres.

« Je ne sais pas comment appeler ça, mais ce que je sais, c’est que ça nous donne de l’ouvrage », indique M. Mercier.

 « Le vent venait de tous les sens. Le vent tournait. Ça arrivait du champ au sud puis de chez le voisin du nord. Nous étions dans le tourbillon. Tout s’est passé tellement vite que tu n’as pas le temps d’avoir peur. Je pensais que la rallonge de la maison allait partir au vent », signale sa voisine Alice Caron.

Une roulotte éventrée, une tour cellulaire pliée, une camionnette enfouie sous les arbres et des lisières d’arbres matures ont été déracinées sur sa propriété.

« Au moins personne n’est blessé. Ce n’est que du matériel et ça se remplace », analysait avec philosophie Michel Caron avant de reprendre le boulot de déblaiement des arbres. 

Tout juste à côté du parc municipal, la résidence de Jennifer Bolduc a été lourdement endommagée par le vent.

« Les murs du deuxième étage ont plié. Le vent a fait éclater une vitre et une fenêtre au premier étage ne ferme plus. J’ai vraiment eu peur lorsque je voyais les arbres tomber et les choses passer dans les airs », signale Mme Bolduc qui attendait l’expert en sinistre de sa compagnie d’assurances.

Jacqueline Vachon-Desindes se désole des infrastructures municipales qui ont été soufflées. Le toit de tôle du gazebo du parc municipal s’est retrouvé dans un boisé, les jeux pour enfant ont été jetés au sol et de nombreux détritus se sont retrouvés dans la clôture du terrain de balle.

« Il y a une belle solidarité au village. Des bénévoles se sont offerts pour venir ramasser les arbres au parc municipal pour dégager le chemin. Les gens se sont mobilisés. Il ne faut pas perdre ce que nous avons bâti au fil des ans », signale Mme Vachon-Desindes qui préside aussi le comité des loisirs de Saint-Mathias-de-Bonneterre.

Le vent qui a soufflé une partie du revêtement de l’église du village a aussi déplacé un mur du garage et endommagé le toit de la remise de Jacqueline Vachon-Desindes.

Des airs de l’orage de 1999

Actualités

Des airs de l’orage de 1999

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
C’est la deuxième fois en moins d’un quart de siècle que Saint-Mathias-de-Bonneterre se retrouve sur la trajectoire d’une violente rafale.

Le violent orage du 5 juillet 1999 avait frappé Sherbrooke, traversé le Canton d’Eaton pour atteindre Saint-Mathias-de-Bonneterre.

« La dernière fois, ça semblait moins intense », explique Alice Caron qui réside sur la route 210 à Saint-Mathias-de-Bonneterre depuis plus de 42 ans.

« En 1999, le vent avait arraché les arbres tout le haut de la colline. Ça n’a même pas eu encore le temps de repousser que c’est le vent fait le ménage sur l’autre bord » ajoute son époux, Michel Caron.

Jacqueline Vachon-Desindes a aussi vécu la violence rafale de 1999.

« Ça avait arraché beaucoup d’arbres. Des maisons avaient été brisées. C’était aussi intense », se rappelle Mme Vachon-Desindes.

Le violent orage de la nuit du 5 juillet 1999 avait laissé des cicatrices aux quatre coins de la région.

La Tribune du 6 juillet 1999 titrait alors « Vision d’enfer ».

Des rafales de 115 km/h avaient tout balayé sur leur passage.

L’église Saint-Andrew du plateau Marquette à Sherbrooke avait été lourdement endommagée. Elle avait dû alors être détruite.

De nombreux arbres avaient été déracinés en région dont sur plusieurs terrains de golf. Le vent avait rasé une plantation de pins matures et arraché trois têtes de silo du secteur Johnville. 

Un groupe de campeurs secteur nord de Sherbrooke avait échappé de justesse à des graves blessures alors que des arbres étaient tombés de part et d’autre de leurs tentes.

Au plus fort de la tempête, plus de 80 pour cent des abonnés d’Hydro-Sherbrooke avaient été privés de courant.

Possible tornade à St-Mathias: Environnement Canada enquête [PHOTOS] 

faits divers

Possible tornade à St-Mathias: Environnement Canada enquête [PHOTOS] 

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Environnement Canada enquêtera sur les événements météorologiques qui se sont produits à Saint-Mathias-de-Bonneterre lundi après-midi. On tentera de déterminer si une tornade s’est abattue sur ce hameau de la MRC du Haut-Saint- François, en Estrie.

On rapporte des dommages à la suite de forts vents qui se sont abattus sur le territoire situé  à cheval sur les municipalités de Newport et de Saint-Isidore-de-Clifton. 

Des arbres ont été cassés et des résidences, endommagées. Une tour cellulaire a même été brisée par le vent, a pu constater La Tribune sur les lieux.

« Nous avons vu circuler des images sur les réseaux sociaux », a confirmé tôt mardi matin Simon Legault, météorologue chez Environnement Canada.

« C’est une possible tornade si elle s’est abattue sur quelques kilomètres. Nous aimerions connaître où elle a commencé et où elle a fini. Nous allons tenter de savoir aussi si c’est au lieu une microrafale. »

Les vents violents ont surgi entre 15 h et 15 h 30, ajoute M. Legault. 

Environnement Canada invite les gens du coin à lui faire parvenir des photos des dégâts, mais aussi des images vidéo. « Nous voyons le résultat sur les photos et vidéo, mais nous aimerions savoir comment ça s’est produit », dit-il à La Tribune.

« Si des gens ont pris des images lors de la tempête, ils peuvent nous les faire parvenir. »

L’adresse courriel est meteoqc@canada.ca.

Pour le moment, Environnement Canada ne se rendra pas sur place pour faire enquête. En raison de la propagation de la COVID-19, on préfère investiguer à distance, confirme le spécialiste.

On recueillera des témoignages à distance auprès des témoins, de la municipalité et de la Sûreté du Québec. On consultera aussi des radars météorologiques qui évaluent la force des vents.

Une tornade observée à Saint-Roch-de-Mékinac

Actualités

Une tornade observée à Saint-Roch-de-Mékinac

Pierrick Pichette
Le Nouvelliste
SAINT-ROCH-DE-MÉKINAC — Les habitants de Saint-Roch-de-Mékinac ont pu apercevoir tout un phénomène météorologique, lundi midi, lorsqu’une tornade a frappé la municipalité.

Heureusement, la tornade a survolé le village sans causer de dégâts notables. Selon Environnement Canada, celle-ci aurait touché le sol vers 12 h 30 à l’ouest de la rivière Saint-Maurice, dans le parc national de la Mauricie, avant de commencer à progresser vers Saint-Roch-de-Mékinac.

«C’était réellement très impressionnant de voir comment la température a évolué! Le nuage qui se forme devant nous, puis soudain, tu vois descendre tout ça en direct, c’est vraiment spécial. De plus, je suis très contente d’avoir pu immortaliser ce moment à temps», a raconté l’une des témoins de l’événement, Sandra Leclerc.

Puisqu’aucun dommage n’a été recensé sur le territoire touché par cette catastrophe naturelle, il a été impossible pour l’organisme gouvernemental d’en catégoriser l’intensité. Un porte-parole d’Environnement Canada s’est tout de même rendu sur les lieux pour faire état de la situation, mardi.

La tornade a pu être aperçue par Sandra Leclerc à partir de la route 155.

Dame nature déchaînée en Mauricie

En plus de cette tornade survenue lundi, la foudre serait récemment tombée sur un arbre du club de golf Grand-Mère. C’est du moins ce que rapporte sur Facebook un homme qui était sur le terrain, dans une voiturette, lorsque l’éclair a jailli.

«Nous retournions à nos véhicules quand la foudre est tombée sur cet arbre. On a reçu des débris sur le kart que je conduisais. Un bruit d’enfer. D’autres personnes un peu plus loin dans le stationnement ont vu le feu descendre du haut vers le bas de l’arbre», peut-on lire sur sa publication.

Tout porte à croire que la foudre s’est abattue sur cet arbre du club de golf Grand-Mère mardi après-midi.

L’Estrie également ravagée

Par ailleurs, la Mauricie n’a pas été la seule région du Québec touchée par une tornade, lundi. L’Estrie a aussi reçu la visite de ce phénomène météorologique en après-midi. À la suite de cet événement, d’importants dégâts ont été constatés aux alentours de Saint-Mathias-de-Bonneterre. Entre autres, des arbres y ont été arrachés, des résidences endommagées et une tour de cellulaire brisée.

«Je ne sais pas comment ça s’appelle, mais je sais que ç’a frappé d’aplomb. [...] C’était gris et blanc. Je n’étais pas capable de sortir dehors tellement le vent était fort», a mentionné une conseillère municipale du Canton de Newport, dont Saint-Mathias-de-Bonneterre fait partie, Jacqueline Vachon-Desindes.

C’est aux alentours de 15h30 que les vents violents y ont surgi. Les enquêteurs d’Environnement Canada tenteront, au cours des prochains jours, de faire la lumière sur ce qui s’est présenté dans le ciel de ce territoire situé à cheval sur les municipalités de Newport et de Saint-Isidore-de-Clifton. Pendant ce temps, les résidents sont contraints de se serrer les coudes pour ramasser les dégâts.

«Une fenêtre a été arrachée. Je pensais que la maison allait partir au vent. Le tourbillon est passé entre ma maison et l’écurie. J’ai vu mes arbres tomber. J’ai perdu de 400 à 500 érables, soit plus de 10 pour cent de mes entailles. C’est comme une main qui a tout jeté ça au sol. Des arbres qui ne rapporteront plus», a témoigné le citoyen Jean Mercier.

Les citoyens possédant des images de cet incident sont invités à les partager avec l’organisation nationale par courriel au meteoqc@canada.ca.

Texte rédigé en collaboration avec La Tribune