Le propriétaire de Saint-Élie Motorsport se dit surpris que la Ville ne lui ait pas présenté de contre-offre.

St-Élie Motorsports: la Ville rejette la proposition de Simon Homans

Le propriétaire de Saint-Élie Motorsports, Simon Homans, a soumis une offre de règlement à la Ville de Sherbrooke pour mettre un terme au conflit qui les oppose. Les élus ont confirmé lors de la dernière séance du conseil municipal que cette proposition était rejetée.

En avril, la Ville avait été condamnée à payer 117 000 $, plus les intérêts, en dommages à la suite de la saga judiciaire concernant les pistes d’accélération du secteur Saint-Élie. En mai, elle confirmait qu’elle portait le jugement en appel.

S’il refuse de divulguer le montant exigé à la Ville pour enterrer la hache de guerre, Simon Homans indique qu’il se situe légèrement sous le montant que lui a octroyé le juge.

« Le but n’était pas tellement de demander moins, mais de soumettre une offre pour que les élus puissent se prononcer et d’éviter que la décision ne revienne qu’aux avocats. C’était une situation gagnante pour tout le monde, parce que la Ville devra payer de toute façon. C’est rare que les causes portées en appel ont du succès », commente-t-il.

Simon Homans

M. Homans rapporte qu’il en était à sa troisième proposition de règlement avec la Ville. « Avant le début du procès, j’avais suggéré de régler pour 90 000 $. Je suis revenu à la charge pour le même montant par la suite. »

Comme un juge lui a consenti un montant plus élevé, la dernière offre avait grimpé. Devant le refus de la Ville, Simon Homans laissera maintenant les avocats faire leur travail et les procédures judiciaires suivre leur cours. « Ça fait trois offres que je fais. C’est rire de moi et rire des contribuables. Les procédures judiciaires entraîneront des frais pour la Ville, pour payer les avocats et pour préparer le dossier... Honnêtement, je suis surpris et déçu. Il n’y a même pas eu de contre-offre. Je ne comprends pas. »

Il n’a pas été possible d’obtenir de commentaires à la Ville de Sherbrooke, qui refuse de se prononcer pendant que le dossier chemine. Le maire Steve Lussier, connu pour son amour du motocross, avait déclaré son intérêt lors du dernier conseil municipal. Il ne participe donc pas aux discussions concernant Saint-Élie Motorsports.

« Bien que je n’aie aucun intérêt pécuniaire direct ou indirect et malgré que je ne retire aucun avantage, mais parce que j’ai pratiqué le sport du motocross et du vélocross pendant plusieurs années et comme j’ai déjà été promoteur sportif pratiquement dans le même domaine que l’entreprise concernée, je réitère mon apparence de conflit d’intérêts », a-t-il dit.


«  Ça fait trois offres que je fais. C’est rire de moi et rire des contribuables.  »
Simon Homans

Le jugement du juge Robert Castiglio accordait des dommages moraux pour « troubles, ennuis, inconvénients et stress subis » à Simon Homans et des dommages économiques à la compagnie de gestion des Drags Saint-Élie.

Le conseiller de Saint-Élie, Julien Lachance, n’a pas voulu commenter la décision de refuser l’offre de M. Homans, plaidant que la décision relève du comité exécutif.