L’école La Source Vive d’Ascot Corner fait l’objet d’un agrandissement. La cour et le débarcadère doivent être prêts pour la rentrée.
L’école La Source Vive d’Ascot Corner fait l’objet d’un agrandissement. La cour et le débarcadère doivent être prêts pour la rentrée.

Sprint de travaux à la Source-Vive

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
Ce n’est pas une surprise : la COVID a eu un impact important sur le chantier d’agrandissement de l’école primaire la Source-Vive, à Ascot Corner. À quelques jours de la rentrée, la cour a des airs de chantiers apparents. Le débarcadère et la cour doivent cependant être prêts lors du retour des élèves le 27 août, note le directeur de l’école, Patrick Pinsonneault. La nouvelle partie adjacente, qui doit accueillir les élèves de cinquième et de sixième années, est attendue pour la fin septembre.

« La date n’arrête pas de changer, mais tout devrait être là! » lance Patrick Pinsonneault, en faisant allusion aux aléas de la construction. Le projet permettra d’ajouter quatre classes et une bibliothèque, de même qu’un bureau pour les professionnels. « Ça nous permettra d’avoir un local de musique fonctionnel et un local d’anglais et une bibliothèque. »

En attendant que l’agrandissement soit prêt, les enfants seront plus à l’étroit... comme ils l’ont été au cours de la dernière année scolaire, mais la direction ne connaît pas de hausse de clientèle cette année. M. Pinsonneault assure que l’école sera en mesure d’accueillir tous les élèves à la rentrée.

La Source-Vive accueillera quelque 325 enfants de la maternelle à la sixième année sous la thématique de la fête foraine, jeudi prochain.

La fin des travaux concrétisera l’aboutissement d’un projet attendu depuis fort longtemps. « C’est un soulagement », note M. Pinsonneault, en soulignant qu’élèves et membres du personnel devaient se marcher sur les pieds. « On va pouvoir respirer, ça va donner un nouveau souffle! »

L’école souhaite aussi faire l’acquisition de nouveaux modules de jeux l’été prochain, qui s’ajouteront à ceux déjà en place. Il s’agit d’un projet mené avec la fondation de l’établissement, évalué à quelque 80 000 $. L’école bénéficie d’une mesure gouvernementale pour l’amélioration des cours d’école. 

Le milieu s’était mobilisé, il y a quelques années, afin d’éviter le transfert d’élèves ailleurs. Des solutions alternatives avaient été mises en place afin de garder tous les élèves.

La commission scolaire scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS, devenu centre de services scolaire) avait obtenu le feu vert pour l’agrandissement. Le chantier avait cependant dû être reporté d’un an pour différentes raisons. 

En mai, La Tribune écrivait que les travaux ne seraient pas prêts. Le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS) avait demandé à la direction de travailler en fonction d’une rentrée sans agrandissement.

Une somme de 2,2 M$ est prévue dans le budget 2020-2021 du CSSRS pour ces travaux.