Contenu commandité
Sport, santé et rencontres
Sport, santé et rencontres
« Prendre une marche, par exemple, c’est bon » , confirme la Dre Émilie Breton.
« Prendre une marche, par exemple, c’est bon » , confirme la Dre Émilie Breton.

Une marche à la fois

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
La prévention demeure, encore et toujours, l’une des mesures les plus efficaces pour contrer nombre de ces problématiques.

Et pas besoin d’avoir un gym à la maison pour s’activer, a confirmé la Dre Émilie Breton.

« Prendre une marche, par exemple, c’est bon. C’est une activité aérobique, qui contribue à améliorer la santé cardio-vasculaire, qui améliore l’oxygénation et améliore la capacité d’extraction de l’oxygène par le muscle. Le cœur va ‘‘toffer’’ plus longtemps, il y aura moins de risque de diabète, moins d’hypertension, et on constate même des effets bénéfiques sur la douleur chronique, sur l’arthrose. Les activités en résistance, avec des petits poids, sont aussi bénéfiques. Des cannes de pois ou de maïs en grain, ça fait l’affaire! Car plus on avance en âge, et là c’est la gériatre spécialiste des chutes qui parle, plus il y aura un bénéfice à pratiquer des activités de renforcement des jambes, des cuisses, des fesses, du bas du dos, afin de garder un meilleur équilibre. »

« Il faut favoriser la pratique d’activités normales, tout en ayant des cibles raisonnables. Il faut faire des choses qu’on aime! Sinon, on est plus à risque d’arrêter rapidement. Il faut trouver un intérêt. »

Les organismes communautaires de la région, de même que les CLSC, ont mis sur pied des documents d’aide et d’information à ce sujet, a poursuivi la Dre Breton.

« Dans le contexte de la COVID-19, des organismes se sont mobilisés pour créer des dépliants pour proposer des activités à faire, et de l’information sur la nutrition, la santé mentale et l’activité physique, qui allie équilibre, force musculaire des jambes et des bras, ça donne des idées d’activités. Sercovie, par exemple, a mis en ligne des capsules informatives très intéressantes. Pour les gens plus fragiles, on travaille avec les CLSC pour rouvrir les services qui ont été laissés de côté pendant la COVID, afin de redémarrer la machine pour que les gens reçoivent plus de services. »

Le retour du beau donnera un coup de tonus à tout le monde, a estimé la Dre Breton.

« C’est un atout certain! Les gens prennent un coup de vieux quand c’est l’hiver, ils ne sortent pas à cause de la glace, mais là c’est le temps parfait. Il faut sortir et bouger, coûte que coûte! » 

À lire aussi :
Le sport, le médicament le plus efficace
Ne pas oublier les sportifs de salon
Retomber en enfance
Bouger peu importe l’intensité
Jouer dehors… enfin!
Leur monde en suspens
L’amour de la raquette de mère en fils
Et comment ça se passe pour nos athlètes du Vert et Or?