Contenu commandité
Sport, santé et rencontres
Sport, santé et rencontres
Si les sportifs peuvent renouer avec plusieurs activités, les sportifs de salon qui vivent au rythme du Canadien, de l’Impact ou des Alouettes sont laissés à eux-mêmes.
Si les sportifs peuvent renouer avec plusieurs activités, les sportifs de salon qui vivent au rythme du Canadien, de l’Impact ou des Alouettes sont laissés à eux-mêmes.

Ne pas oublier les sportifs de salon

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Si les sportifs peuvent renouer avec plusieurs activités, les sportifs de salon qui vivent au rythme du Canadien, de l’Impact ou des Alouettes sont laissés à eux-mêmes.

« 80 % de ce qu’il se dit dans les médias dans le monde du sport tourne autour du Canadien de Montréal, dit Sylvain Guimond, docteur en psychologie du sport, éducateur physique et ostéopathe. J’ai toujours en tête l’histoire d’une personne qui m’a contactée lorsque j’étais à RDS. Elle écoutait ce qu’on faisait, et pourtant la personne était aveugle. Elle écoutait tous nos propos, elle nous connaissait très bien. Elle écoutait le match à la radio au 98,5. Cette personne, on lui a enlevé une grosse partie de sa vie. Elle est non-voyante, elle adore le sport et voit mieux la partie dans sa tête que nous la voyons sur la glace. Beaucoup sont des sportifs de salon, pas parce qu’ils le désirent, mais peut-être parce qu’ils ne sont pas capables de pratiquer [le sport]. » 

Ces sports professionnels manqueront aux gens. « La raison pour laquelle on paie les joueurs de hockey si cher dans la vie, c’est qu’ils deviennent un modèle et s’occupe de ce que l’humain a le plus précieux : le rêve. C’est du divertissement de haut niveau », analyse celui qui côtoie des athlètes depuis plus de deux décennies. 

À lire aussi :
Le sport, le médicament le plus efficace
Retomber en enfance
Bouger peu importe l’intensité
Une marche à la fois
Jouer dehors… enfin!
Leur monde en suspens
L’amour de la raquette de mère en fils
Et comment ça se passe pour nos athlètes du Vert et Or?