Deux heures avant la séance de signatures d’autographes, les partisans du Canadien de Montréal étaient déjà présents chez Mercedes-Benz de Sherbrooke en espérant rencontrer Jesperi Kotkaniemi.
Deux heures avant la séance de signatures d’autographes, les partisans du Canadien de Montréal étaient déjà présents chez Mercedes-Benz de Sherbrooke en espérant rencontrer Jesperi Kotkaniemi.

Sous le charme de Kotkaniemi [VIDÉO]

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Les fans du Canadien n’ont pas perdu de temps pour faire la file devant le concessionnaire Mercedes-Benz de Sherbrooke. Deux heures avant l’arrivée de Jesperi Kotkaniemi, des partisans se trouvaient déjà sur place, espérant obtenir un autographe du jeune joueur du Canadien de Montréal.

Invité par Mercedes-Benz, Jesperi Kotkaniemi a rapidement charmé ses partisans.

« Je l’ai trouvé sympathique. Il ne s’est pas dépêché : il a pris le temps de nous parler. C’est quand même un joueur du Canadien, c’est pour cette raison-là que je suis ici! Il est super bon en plus pour un joueur de 19 ans », a confié Loukas Lamontagne, accompagné de son père et de son grand-père.

« Il est simple, a fait remarquer Marco Lamontagne. L’argent ne lui est pas monté à la tête. Il est même arrivé avant le temps. Des fois les vedettes arrivent en retard pour sauver du temps dans ce genre d’événements, mais pas lui. On est arrivés à 16 h, il devait y avoir une vingtaine de personnes devant nous. Dès que la journée d’école à mon gars s’est terminée, on est partis de Coaticook. Il en mange, du hockey. C’est sa vie. »

L’attaquant du CH est devenu ambassadeur pour Mercedes-Benz de Sherbrooke cet été, au grand plaisir du copropriétaire Jean-Guy Roy. 

« On a eu plusieurs discussions téléphoniques avec son agent et on trouvait que la collaboration avec lui était parfaite. On lui prête une voiture et en retour, il nous donne un peu de son temps. Ce soir, on le fait surtout pour les jeunes de la région. Jesperi est un beau modèle pour la jeunesse. »

En effet, des jeunes de partout en région tenaient à rencontrer le numéro 15 du Tricolore. 

« Un jour, il aidera encore plus le Canadien, espère Lay Bernier. Il forme la relève de l’équipe. Il sera encore meilleur dans l’avenir et je suis content de repartir avec une casquette et un chandail signé ».

« C’est moins long que lorsque David Perron était à Sherbrooke avec la coupe Stanley! Pour David, on était arrivés à 3 h du matin pour être certain de le voir. Mon gars repart avec une signature et moi aussi. Moi, j’ai fait autographier des cartes », avance Marco Lamontagne.

Certains n’oublieront donc pas de sitôt cette rencontre bien spéciale.

« C’était un rêve pour moi de rencontrer un joueur du Canadien. J’ai même pu suivre des cours de finnois! Ça fait spécial de voir un joueur de la LNH d’aussi près », a lancé Anaïs Moreau.