Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les patinoires resteront ouvertes, au grand plaisir des propriétaires de magasins de sports.
Les patinoires resteront ouvertes, au grand plaisir des propriétaires de magasins de sports.

Soulagement pour les propriétaires de magasins de sport

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Soulagement pour les propriétaires de magasins de sport : les patinoires et les centres de ski demeureront ouverts malgré le nouveau confinement. Et point positif, les marchands pourront maintenant offrir un point de dépôt à l’extérieur de leurs locaux.

Évidemment, les magasins perdent actuellement beaucoup d’argent, indique le copropriétaire du Momo Sports, Michel Poisson. « Bien entendu, le confinement nous fait perdre des sommes d’argent énormes. Il va probablement nous rester énormément de marchandise d’hiver qui ne sera pas vendue. Mais notre site web a explosé. Et de pouvoir remettre la marchandise à la porte, ce sera une aide énorme pour nous et pour nos clients », indique-t-il, ajoutant qu’il a déjà environ 1000 colis en attente d’être remis, puisque des gens achètent des articles depuis le 24 décembre. 

« Les gens de Sherbrooke pourront avoir leurs produits en dedans de 24 heures. C’est comme s’ils magasinaient et qu’ils pouvaient jouir tout de suite de leurs besoins », poursuit-il, ajoutant que de nombreux parents l’ont appelé à savoir s’ils pouvaient acheter des mitaines ou des pantalons de neige. 

Yannick Godbout, père de trois garçons et copropriétaire d’Éconosports, se réjouit que les installations sportives demeurent ouvertes. « C’est important pour nos jeunes de continuer à bouger et pouvoir sortir dehors. C’est une très bonne nouvelle. S’ils enlèvent les patinoires et les centres de ski, les adolescents de 14-15-16 ans n’iront pas faire de bonhommes de neige dehors. Aller patiner et faire du ski va leur faire du bien », pense-t-il.

«Une très bonne nouvelle»

Selon M. Godbout, beaucoup de patins, de bottes d’hiver, d’ensemble de ski de fonds et de raquettes à neige sont actuellement vendus. « Les gens achètent beaucoup de choses pour aller dehors. On vend peu ou pas d’articles pour l’intérieur. Mais tout ce qui est snowboard, skis alpins, casques et lunettes, est populaire. C’était une très bonne nouvelle qu’on puisse continuer d’aller jouer dehors », dit-il, mentionnant cependant que les ventes sont moindres qu’à l’habitude.

Mais comment les gens font-ils pour acheter des patins sans les essayer? « Quand on a fait le tour avec eux pour savoir la longueur et la largeur de leurs pieds, on est capable de cibler ce dont ils ont besoin. Si le client hésite entre une taille dix et une de dix et demi, on leur vend les deux et les clients pourront ramener le patin qui ne fait pas jusqu’à deux semaines après la réouverture du magasin », mentionne M. Godbout, ajoutant que les gens aiment cette façon de faire. 

« Magasiner par FaceTime, c’est plus adéquat qu’en ligne! spécifie-t-il. On voit encore mieux. L’employé peut répondre immédiatement aux questions du client. On tient peut-être quelque chose qui pourrait rester! »

Yannick Charbonneau, copropriétaire de Sports Trans-Action, considère aussi qu’il s’agit d’une bonne nouvelle. « Comme on peut continuer de faire de la location, de l’entretien et de la réparation, ça nous avantage beaucoup, considère-t-il. [Si les patinoires et les montagnes avaient fermé], ça aurait fait très mal, surtout pour l’aiguisage de patins et l’entretien des skis. Comme la vente n’est plus autorisée en magasin, l’entretien représente 50 % de notre chiffre d’affaires », explique celui qui a aussi vu fondre les revenus de son entreprise.