Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Enseignante de sciences en quatrième secondaire au Mont Notre-Dame de Sherbrooke, Christine Cantin se dit heureuse pour les corps d’enseignants, mais surtout pour les élèves de niveaux primaire et secondaire. « Par ces mesures, on se donne le droit de respirer un peu plus et de vraiment se concentrer sur l’acquisition de nouvelles connaissances », se réjouit-elle.
Enseignante de sciences en quatrième secondaire au Mont Notre-Dame de Sherbrooke, Christine Cantin se dit heureuse pour les corps d’enseignants, mais surtout pour les élèves de niveaux primaire et secondaire. « Par ces mesures, on se donne le droit de respirer un peu plus et de vraiment se concentrer sur l’acquisition de nouvelles connaissances », se réjouit-elle.

Soulagement chez les enseignants

La Tribune
Article réservé aux abonnés
La levée des examens ministériels pour l’année scolaire en cours, annoncé vendredi après-midi par le ministre Roberge, a été fort bien accueillie par Christine Cantin, enseignante de sciences en quatrième secondaire au Mont Notre-Dame de Sherbrooke, et sa classe.

Mme Cantin faisait partie d’une centaine d’enseignants de sciences et de technologie qui avaient signé une lettre demandant au ministre de revoir les normes d’application des examens du ministère de l’Éducation. À leurs yeux, faire passer des épreuves uniques s’avérait un non-sens.

Mme Cantin se dit heureuse pour les corps d’enseignants, mais surtout pour les élèves de niveaux primaire et secondaire. « Par ces mesures, on se donne le droit de respirer un peu plus et de vraiment se concentrer sur l’acquisition de nouvelles connaissances », explique Mme Cantin. 

Elle croit que l’évaluation de la compétence des élèves va bien au-delà d’un calcul mathématique spécialement dans la situation actuelle. Bien que la pondération précise des deux bulletins n’ait pas été annoncée par le ministre Roberge, Christine Cantin estime que la motivation des élèves en sera positivement influencée. 

« Quand j’ai annoncé la nouvelle à mon groupe, j’ai vu l’espoir illuminer dans leurs yeux », déclare-t-elle à la suite d’une rencontre virtuelle avec l’une de ses classes. 

Le ministre de l’Éducation a aussi évoqué la création d’une nouvelle plateforme de tutorat. Les technicités de ce programme restent à confirmer, mais l’enseignante de quatrième secondaire accueille chaleureusement cette nouvelle. « Nous devons absolument mettre tous les moyens possibles en place afin de venir en aide aux élèves en difficulté », exprime Mme Cantin inquiète que la situation puisse nuire à long terme à certains élèves.


« Mes collègues sont capables de faire une bonne évaluation des élèves. Nous sommes dans une année extraordinaire. On prend des mesures extraordinaires aussi. »
Richard Bergevin, président du SEE

Le SEE globalement satisfait

L’annulation des examens ministériels permettra aux enseignants de maximiser leur temps d’enseignement et donc, par le fait même, le temps d’apprentissage de leurs élèves selon le président du Syndicat de l’enseignement de l’Estrie (SEE), Richard Bergevin. 

Il n’est pas d’avis que l’annulation des examens ministériels occasionnera un nivelage par le bas. « Mes collègues sont capables de faire une bonne évaluation des élèves. Nous sommes dans une année extraordinaire. On prend des mesures extraordinaires aussi. »

M. Bergevin souligne cependant avoir quelques appréhensions pour le deuxième cycle du secondaire. « Les examens du ministère sont une façon d’évaluer également tous les élèves à la grandeur de la province, évoque-t-il. Toutefois, le fait d’éliminer ces examens va avoir un effet très positif notamment sur le bris d’horaire. Il pourrait être plus court et cela permettrait d’avoir plus de jours d’enseignement. »

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge a également annoncé le changement de pondération des bulletins pour l’année scolaire en cours. « Ça répond réellement à un besoin. Malheureusement, on aurait préféré que ce soit annoncé au mois de novembre parce qu’on en avait déjà parlé au ministre. Au primaire, c’est un peu différent, mais au secondaire ça peut être plus compliqué de faire les évaluations. De repousser un petit peu dans le temps la remise des bulletins va permettre au secondaire de s’adapter », explique M. Bergevin en rappelant que les élèves du secondaire étaient présents en classe une journée sur deux et que le congé des Fêtes a été allongé. 

La députée solidaire de Sherbrooke et porte-parole en éducation de Québec Solidaire, Christine Labrie était également satisfaite de cette annonce. Viatka Sundborg avec Lilia Gaulin