Élisabeth Brière, Claude Forgues et Pierre-Luc Dusseault sont au coude-à-coude pour amorcer la dernière semaine de la campagne électorale fédérale.
Élisabeth Brière, Claude Forgues et Pierre-Luc Dusseault sont au coude-à-coude pour amorcer la dernière semaine de la campagne électorale fédérale.

Sondage Mainstreet : le PLC, le Bloc et le NPD à égalité dans Sherbrooke

À une semaine du scrutin, Élisabeth Brière du Parti libéral, Claude Forgues du Bloc québécois et Pierre-Luc Dusseault du Nouveau Parti démocratique sont ex æquo dans les intentions de vote des Sherbrookois. Une très faible marge de 0,6 % sépare la meneuse du troisième. « Dans Sherbrooke, la vraie campagne électorale commence aujourd’hui », analyse le président de Mainstreet pour le Québec, Luc Fortin.

« Au déclenchement de la campagne, le Parti libéral dans Sherbrooke avait une avance de 25,8 % sur le Bloc, qui était deuxième. Là, aujourd’hui, ce qui arrive, dans notre sondage où le nom des candidats a été mentionné, c’est qu’on se retrouve avec une triple égalité en tête entre Élisabeth Brière, Pierre-Luc Dusseault et Claude Forgues. Élisabeth Brière est à 26,2 % et Pierre-Luc Dusseault, en troisième place, à 25,6 %. », mentionne l’analyste politique, rappelant que la marge d’erreur du sondage est de 3,84 %. Claude Forgues, lui, se situe entre ses deux adversaires à 25,7 %. Tandis que l’homme d’affaires Dany Sévigny, du Parti conservateur, récolte 11,6 % des intentions de vote. 

« C’est le deuxième sondage qu’on fait dans Sherbrooke, évoque M. Fortin. Nous en avons publié un au lancement de la campagne électorale. Le portrait était complètement différent. Il faut dire que les intentions de vote au Québec aussi étaient totalement différentes. Ç’a bougé beaucoup au Québec depuis le début de la campagne, alors ç’a bougé beaucoup dans Sherbrooke aussi », dit celui qui a été député au provincial pour les libéraux jusqu’à l’an dernier. 

La tranche d’âge pourrait s’avérer un facteur important dans le résultat de la prochaine élection. « On sait que les moins disciplinés pour aller voter, ce sont les 18-34 ans, et c’est vraiment là que Pierre-Luc Dusseault fait le plein [NDLR 34,4 % des 18-34 ans ont indiqué qu’ils voteraient pour Pierre-Luc Dusseault dans Sherbrooke]. Il faut que ça se transpose en votes. Élisabeth Brière, elle, est en avance chez les 65 ans et plus. C’est la tranche d’âge la plus disciplinée, alors en ce sens, c’est un léger avantage pour elle », prévoit celui qui a entre autres été ministre de la Famille. 

Quelles actions les candidats devraient-ils poser dans la prochaine semaine? « Ce qui va être vraiment important pour l’avenir politique de ces trois candidats, c’est ce qui va se passer du côté de la tendance nationale. Ça va avoir une répercussion ici. Il y a aussi la capacité à faire sortir le vote. Donc la pression est sur les candidats, mais aussi sur leur directeur et sur l’organisateur de campagne », précise Luc Fortin. 

« Je pense que Pierre-Luc Dusseault a fait la meilleure campagne au niveau local, enchaîne M. Fortin. C’est celui qui a présenté le plus d’engagements locaux, donc c’est celui qui a occupé davantage d’espace et c’est celui qui a connu les meilleurs débats. Ceci étant dit, la campagne locale est assez tranquille. Avec le mouvement national, on dirait que les gens sont plus mélangés qu’ils l’étaient en début de campagne. Il y a plus d’indécis aujourd’hui à Sherbrooke qu’il y en avait en début de campagne. C’est tout à fait l’opposé de ce qu’on voit dans les chiffres nationaux. »

Sur le terrain

Cette semaine, les candidats devront se présenter sur le terrain, dit l’ancien ministre. « Les campagnes provinciales et fédérales sont des campagnes de chefs et d’enjeux nationaux, et c’est vrai. Les enjeux et candidats locaux, ça joue pour 8 à 10 % maximum. Quand tu es à égalité, ça peut faire la différence entre une victoire et une défaite. Les candidats devront être le plus souvent possible sur le terrain et dans les médias cette semaine. Chaque geste qu’ils vont poser pourra faire la différence le soir de l’élection », mentionne Luc Fortin.

Dans Sherbrooke, le Parti libéral est donc celui qui a perdu le plus de plumes lors de la campagne. Les libéraux ont perdu 17,6 %, les conservateurs et les verts 1,7 %, tandis que le NPD a grimpé de 13,6 % et le Bloc québécois a aussi vu une hausse de 6,7 % de ses appuis. « Ça reflète les tendances qu’on voit au Québec et au Canada », considère Luc Fortin. 

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 21 octobre.

AbonnezvousBarometre