Les opposants du maire sortant, Bernard Sévigny, ont beau s’attaquer au projet Well inc., les Sherbrookois sont majoritairement en accord avec le projet envisagé sur la rue Wellington Sud.

Sondage: les électeurs appuient majoritairement Well inc.

Les opposants du maire sortant, Bernard Sévigny, ont beau s’attaquer au projet Well inc., les Sherbrookois sont majoritairement en accord avec le projet envisagé sur la rue Wellington Sud. Dans un sondage Segma Recherche pour le compte de La Tribune et de Cogeco 107,7 FM, 62,9 % des répondants se disent en accord avec le projet.

Dans la question posée par les sondeurs, l’investissement de plusieurs millions de dollars de la Ville était mentionné.

Lire aussi: Sévigny en tête... dans une course encore ouverte

Lire aussi: Les candidats se disent peu influencés par le sondage

Luc Larochelle: Les messages qui portent

« Malgré la controverse sur le niveau de connaissance du maire de la structure de financement de Well inc., la majorité des citoyens sont en accord avec le projet. Le niveau d’appui est assez important, même dans les arrondissements qui n’en profiteront pas directement comme Fleurimont et Rock Forest-Saint-Élie-Deauville. », explique Raynald Harvey, président de Segma.

L’opposition (29,5 %) vient principalement de la population plus âgée et des partisans de Steve Lussier. Les jeunes et les partisans de Bernard Sévigny sont plus nombreux à appuyer le projet.

Rappelons que Well inc. prévoit entre autres la démolition et la reconstruction du stationnement à étages de la rue du Dépôt, de même que la construction de deux bâtiments sur la rue Wellington Sud après la démolition de l’Hôtel Wellington. Les organismes de développement économique sherbrookois doivent être rassemblés dans l’un de ces édifices, qui comptera 70 000 pieds carrés et qui portera le nom de QG.

Les emplois d’abord

Quant aux thèmes abordés pendant la campagne, c’est la création d’emploi (30,1 %) qui apparaît comme le plus susceptible d’influencer le choix des répondants quand viendra le moment de choisir un maire ou une mairesse. L’amélioration du réseau routier accuse dix points de retard (21,4 %) au deuxième rang. La consultation citoyenne et la mobilité durable, deux thèmes chers à Sherbrooke Citoyen, arrivent respectivement 4e (14,6 %) et 5e (9,8 %). Le développement de l’industrie touristique n’est une priorité que pour 3,7 % des répondants.

« C’est une des premières fois que je vois un thème qui devance l’amélioration du réseau routier. Généralement, l’état des infrastructures est vraiment la priorité des priorités », s’étonne Raynald Harvey.

Les investissements importants des dernières années dans le réseau routier portent peut-être leurs fruits. Comme les communications hebdomadaires sur l’avancement des travaux. « Ce placement semble avoir été payant », estime M. Harvey.

Stimuler la création d’emploi est un thème plus populaire auprès des femmes, des universitaires et des partisans de Bernard Sévigny. Au contraire, l’amélioration du réseau routier touche davantage les électeurs moins scolarisés. La gestion des dépenses (18,2 %) est davantage une priorité pour les hommes, les gens âgés et les partisans de Steve Lussier. Sans surprise, la mobilité durable est populaire chez les jeunes et ceux qui préfèrent Hélène Pigot.

Situation économique

La perception de la situation économique de la Ville est plutôt mitigée. Les répondants devaient donner une note sur une échelle de 0 à 10, 0 signifiant « très mauvais », pour évaluer la situation économique actuelle de la ville. La moyenne se situe à 6,1.

« C’est mitigé comme réponse. La majorité des répondants répondent 6 ou moins. La note moyenne décroît au fur et à mesure que l’âge des répondants monte », explique Raynald Harvey, surpris.

Ce sont les partisans de Bernard Sévigny qui sont les plus généreux, accordant une note moyenne de 6,7/10. Ceux qui se rangent derrière Steve Lussier et Hélène Pigot accordent plutôt une moyenne de 5,6/10.

Enfin, la Ville doit-elle intervenir pour assurer un meilleur équilibre de l’offre commerciale dans l’est de la ville? Oui, disent les électeurs, à 68,6 %.

« Le pourcentage est plus élevé dans l’Est et dans Lennoxville. C’est une des rares questions où on voit une différence selon les arrondissements », note M. Harvey. Une majorité de répondants se disent néanmoins favorables à une intervention dans tous les arrondissements. Les femmes et les partisans de Bernard Sévigny sont plus enclins à appuyer une intervention municipale.

« En fin de compte, les projets du maire reçoivent un appui assez important de l’électorat. Je ne vois pas de dossiers controversés où les adversaires peuvent faire des gains », conclut Raynald Harvey.