Pierre Duchesne et Pauline Marois.

Sommet sur l'éducation: les étudiants ne décolèrent pas

Les étudiants ne décolèrent pas à l'issue du Sommet sur l'enseignement supérieur. Même si la hausse annoncée est de 3 % , celle-ci ne passe pas. Reste maintenant à voir s'ils se mobiliseront de nouveau, comme ils l'ont fait lorsque le gouvernment libéral avait annoncé une hausse de 1625 $ sur cinq ans.
« On est contre l'indexation. Toute augmentation, on va être contre», lance le président du Regroupement des étudiants de maîtrise, de diplôme et de doctorat de l'UdeS (REMDUS), Philippe de Courval, qui dit ne pas comprendre pourquoi la question des droits de scolarité, « la plus importante» n'a pas fait l'objet d'un chantier à la suite du Sommet comme pour cinq autres sujets.
Ce dernier a participé au Sommet à titre de représentant de la Table de concertation étudiante du Québec (TACEQ).
Le pouls des étudiants sera pris sur cette question : à la Fédération étudiante de l'UdeS (FEUS), les associations membres consulteront les étudiants, indique le vice-président aux affaires externes de la FEUS, Jean-Christophe Racette, en se disant farouchement contre l'indexation. Il souligne que la plupart des associations avaient déjà pris position en faveur du gel ou de la gratuité scolaire.
Texte complet dans La Tribune de mercredi.
Texte Abonnement à la version électronique: